• AUTRES ÉDITIONS :
  • 67 ANS D'AFFICHES DU FESTIVAL
  • MAISON JEAN VILAR
VOUS RECHERCHEZ
FILTRE(S) OPTIONNEL(S)

Le Cabaret discrépant

d'après "Le Manifeste de la danse ciselante" d'Isidore Isou et d'autres textes
conception OLIVIA GRANDVILLE
Paris
  • Danse



  • M
  • J
  • V
  • S
  • D
  • L
  • M
  • M
  • J
  • V
  • S
  • D
  • L
  • M
  • M
  • J
  • V
  • S
  • D
  • L
  • M
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  •  
  •  
  • 17h

    00

  • 17h

    00

  • 17h

    00

  • 17h

    00

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
 
 
  • Vous ne connaissez pas le Lettrisme ? Olivia Grandville était comme vous, jusqu'à ce qu'un ami lui offre un petit fascicule sur la danse, préfacé par le chef de file de ce mouvement : Isidore Isou. Elle y découvre, avec surprise et ravissement, une incroyable mine d'écrits théoriques et d'oeuvres « à achever ou à inventer » qui, datant des années 50, n'en font pas moins écho aux enjeux actuels de l'art chorégraphique. Ainsi naissait l'idée du Cabaret discrépant, dont le titre évoque ceux de Fluxus et de Dada. Cette fugue chorégraphique propose notamment de redonner corps à un répertoire de dix-neuf « ballets ciselants ». D'un « ballet pour lèvres » à un « quasi anti-ballet », en passant par « le premier sonnet gesticulaire », se déroule le fil d'une pensée créative et revigorante, offrant à Olivia Grandville et ses complices l'occasion d'une jubilatoire partition. À l'image des initiateurs du Lettrisme, leur proposition déborde les cadres, à commencer par celui de la scène, pour embrasser le caractère polymorphe de ce courant et permettre au spectateur d'en organiser lui-même la mise en perspective, la cohérence et la lecture. Ici, dans cette tribune libre et subversive, les corps en disent tout autant que les mots. Pour un hommage drôle et irrévérencieux à une bande de jeunes utopistes enragés, qui ne rêvaient rien moins que d'une « société paradisiaque », où les valeurs de la création et de l'art auraient remplacé celles du travail et de l'argent.

  • Distribution

    conception Olivia Grandville
    collaboration artistique Yves Godin


    avec Vincent Dupont, Olivia Grandville, Catherine Legrand, Sylvain Prunenec, Pascal Quéneau, Manuel Vallade


     

    Production

    production Compagnie La Spirale de Caroline
    coproduction Centre de Développement Chorégraphique Toulouse / Mide Pyrénées, Musée de la danse/Centre Chorégraphique national de Rennes et de Bretagne, Centre Chorégraphique national de Montpellier/programme Domaines
    avec le soutien de la DRAC Île-de-France, de l'ARCADI, de l'association Beaumarchais-Sacd, de la Ménagerie de Verre (Paris)
    avec le concours de Mécènes du Sud

 
 
 

PARTAGER

| PLUS

EN SAVOIR +

ENTRETIEN AVEC
OLIVIA GRANDVILLE


TÉLÉCHARGER


 


PROGRAMME DE SALLE


TÉLÉCHARGER

RENCONTRES

DÉJÀ PASSÉES

lundi 11 juillet 11:30
École d'Art

DIALOGUES AVEC LE PUBLIC
avec l’équipe artistique du Cabaret discrépant

EN SAVOIR PLUSEN SAVOIR PLUS

dimanche 10 juillet 17:00
École d'Art

CONVERSATIONS DE L'ÉCOLE D'ART
Autour de la danse contemporaine qui revisite son répertoire et son histoire

ÉCOUTERÉCOUTER

jeudi 07 juillet 11:30
Cloître Saint-Louis

CONFÉRENCES DE PRESSE
Conférence de presse du 7 juillet, avec A. Liddell, É. Vigier, M. Di Fonzo Bo et R. Spregelburd, O. Grandville, J. Binoche...

LA VIDÉOLA VIDÉO