• Vous recherchez :

 
  • Filtres optionnels :

 

Édito

64e édition
du 7 au 27 juillet 2010

Nous avons préparé cette 64e édition avec Christoph Marthaler, metteur en scène, et Olivier Cadiot, écrivain, nos deux artistes associés. Au fil de nos conversations, nous avons découvert des auteurs plongés dans la réalité, comme des "artistes anthropologues" de notre vie quotidienne. Leurs écritures, théâtrales ou littéraires, empreintes de musicalité, saisissent au plus près l'homme contemporain. Ils vivent le présent et nous le restituent, en mêlant des ingrédients de la culture savante et populaire qu'ils perturbent avec des traces du passé surgies de fouilles archéologiques imaginaires.

Leur venue au théâtre s'est construite dans l'échange avec d'autres artistes. La scénographe Anna Viebrock crée, pour Christoph Marthaler, des lieux à habiter théâtralement avec sa famille de comédiens et chanteurs. Le metteur en scène Ludovic Lagarde et son groupe d'acteurs, dont Laurent Poitrenaux, donnent vie sur scène aux livres d'Olivier Cadiot.

Construit au XIVe siècle comme symbole d'une puissance religieuse et politique, le Palais des papes, son architecture et son histoire seront le point de départ de Papperlapapp, la nouvelle création théâtrale et musicale de Christoph Marthaler. Il servira ensuite de décor au destin tragique du roi Richard II qui, à la fin de ce même XIVe siècle, s'abandonna à sa fragilité d'homme à l'épreuve de l'exercice du pouvoir. Cette pièce de Shakespeare, qui fut à l'origine du Festival en 1947, sera mise en scène par Jean-Baptiste Sastre dans une nouvelle traduction, avec Denis Podalydès dans le rôle-titre. C'est également la figure du roi, cette fois placée dans un exil contemporain, qu'interroge le roman d'Olivier Cadiot, Un nid pour quoi faire, qui sera adapté au théâtre.

Nous avons voyagé de Vienne à Bâle à travers la Mitteleuropa dont la littérature, inquiète face à la folie guerrière du début du XXe siècle, sera présente sur nos scènes avec L'Homme sans qualités de Musil, Le Procès de Kafka, Baal de Brecht et, comme un écho plus récent, Délire à deux de Ionesco.Avec Angélica Liddell, Julie Andrée T., Jean Lambert-wild, Christophe Huysman, Faustin Linyekula, Massimo Furlan ou Falk Richter, nous ferons une large place aux auteurs qui écrivent aujourd'hui pour les plateaux. Ils utilisent le langage des mots, des corps, parfois de la musique, cherchant des formes entre théâtre et performance, et, à travers leur douleur, colère ou tendresse, disent notre époque.

Nos comportements, nos histoires, lumineuses ou sombres, seront observés à travers les spectacles de Philippe Quesne, Gisèle Vienne, Stanislas Nordey, Zimmermann & de Perrot ou du GdRA qui représentent sur scène la fragilité de notre condition humaine. Comme le feront, de manière plus abstraite, les partitions chorégraphiques d'Alain Platel, Cindy Van Acker, Josef Nadj, Boris Charmatz, Pierre Rigal ou Anne Teresa De Keersmaeker, qui s'inspirera de la musique ars subtilior inventée à la cour des papes d'Avignon, à la fin du XIVe siècle.

La musique traversera ce Festival, notamment avec les concerts de Pascal Dusapin et de Rodolphe Burger, qui orchestrera par ailleurs un grand bal du 14 juillet sous le Pont d'Avignon. La littérature contemporaine sera également présente sur de nombreux plateaux, et nous lui consacrerons un cycle de lectures, qui débutera avec Pierre Guyotat.

Le Festival sera rythmé par les dix rendez-vous de la Vingt-cinquième heure, dont des conférences-spectacles décalées et des projets étonnants portés par des acteurs déjà présents au Festival, mais aussi par les huit créations des Sujets à Vif, toutes issues de commandes basées sur une rencontre artistique.

Pour partager vos expériences de spectateurs ou les approfondir, nous vous convions à l'école d'Art pour des rencontres quotidiennes avec les artistes ainsi qu'au Gymnase Saint-Joseph avec les philosophes invités à débattre au Théâtre des idées.

Toutes ces expériences collectives donnent des outils pour penser nos temps de crise sociale et économique. Cet "être ensemble" nécessaire pour que le théâtre advienne, qui rassemble artistes et spectateurs, nous aide à résister au repli sur soi et aux tentations de dissolution de la notion même de bien public.

Beaucoup de ces spectacles se créent pour le Festival d'Avignon, beaucoup d'artistes y viennent pour la première fois. Nous faisons donc confiance à votre curiosité et vous invitons à venir vous plonger dans cette nouvelle édition.

Hortense Archambault et Vincent Baudriller
directeurs
Avignon, 19 avril 2010

Écriture et musique traversent cette programmation comme elles ont marqué celles d'Alain Crombecque, qui dirigea le Festival d'Avignon de 1985 à 1992, et à qui nous dédions cette 64e édition.

 

2010 en images

Papperlapapp, de Christoph Marthaler et Anna Viebrock
© Christophe Raynaud de Lage

Schutz vor der Zukunft, de Christoph Marthaler
© Christophe Raynaud de Lage

Miroirs du réel - Maquettes de décors, d'Anna Viebrock
© Christophe Raynaud de Lage

L'Affaire Robinson, lecture d'Olivier Cadiot
© Christophe Raynaud de Lage

Un nid pour quoi faire, d'Olivier Cadiot et Ludovic Lagarde
© Christophe Raynaud de Lage

Un mage en été, d'Olivier Cadiot et Ludovic Lagarde
© Christophe Raynaud de Lage

Concert dessiné, de Rodolphe Burger, dessins Charles Berberian, Philippe Dupuy
© Christophe Raynaud de Lage

Le Cantique des cantiques - musique Rodolphe Burger, traduction Olivier Cadiot et Michel Berder
© C. Raynaud de Lage

Concert de Pascal Dusapin
© Christophe Raynaud de Lage

Bal du 14 Juillet
© Christophe Raynaud de Lage

La Tragédie du roi Richard II, de William Shakespeare, mise en scène Jean-Baptiste Sastre
© Christophe Raynaud de Lage

La Tragédie du roi Richard II, de William Shakespeare, mise en scène Jean-Baptiste Sastre
© Christophe Raynaud de Lage

En Atendant, d'Anne Teresa De Keersmaeker
© Herman Sorgeloos

De man zonder eigenschappen I (L'Homme sans qualités I), d'après Robert Musil, mise en scène Guy Cassiers / Toneelhuis
© Koen Broos

Der Prozess, de Franz Kafka, mise en scène Andreas Kriegenburg / Kammerspiele de Munich
© Arno Declair

Baal, de Bertolt Brecht, mise en scène François Orsoni
© Christophe Raynaud de Lage

Délire à deux, d'Eugène Ionesco, mise en scène Christophe Feutrier
© Christophe Raynaud de Lage

La Mort d'Adam, de J. Lambert-wild, J.-L. Therminarias, F. Royet et T. Collet
© Christophe Raynaud de Lage

Comment ai-je pu tenir là-dedans ? de Jean Lambert-wild et Stéphane Blanquet
© Christophe Raynaud de Lage

La casa de la fuerza, d'Angélica Liddell
© Christophe Raynaud de Lage

El año de Ricardo, d'Angélica Liddell
© Christophe Raynaud de Lage

Rouge, de Julie Andrée T.
© Christophe Raynaud de Lage

Not Waterproof, de Julie Andrée T.
© Christophe Raynaud de Lage

L'Orchestre perdu, de Christophe Huysman
© Christophe Raynaud de Lage

My Secret Garden, de Falk Richter et Stanislas Nordey
© Christophe Raynaud de Lage

Trust, de Falk Richter et Anouk van Dijk / Schaubühne Berlin
© Christophe Raynaud de Lage

This is how you will disappear, de Gisèle Vienne
© Christophe Raynaud de Lage

Big Bang, de Philippe Quesne / Vivarium Studio
© Christophe Raynaud de Lage

Singularités ordinaires, du GdRA
© Christophe Raynaud de Lage

1973, de Massimo Furlan
© Christophe Raynaud de Lage

Micro, de Pierre Rigal
© Christophe Raynaud de Lage

Chouf Ouchouf, de Zimmermann & de Perrot
© Christophe Raynaud de Lage

Pour en finir avec Bérénice, de Faustin Linyekula
© Christophe Raynaud de Lage

Gardenia, d'Alain Platel et Frank Van Laecke / les ballets C de la B
© Christophe Raynaud de Lage

Out of Context, for Pina, d'Alain Platel / les ballets C de la B
© Christophe Raynaud de Lage

Les Corbeaux, de Josef Nadj et Akosh S.
© Christophe Raynaud de Lage

Lanx / Obvie, de Cindy Van Acker
© Christophe Raynaud de Lage

Nixe / Obtus, de Cindy Van Acker
© Christophe Raynaud de Lage

Flip Book, de Boris Charmatz
© Christophe Raynaud de Lage

La Danseuse malade, de Boris Charmatz
© Christophe Raynaud de Lage

Smatch (1), de Dominique Roodthooft
© Piet Janssens

Dors toi / Schlaf dich, de Sasha Rau
© Christophe Raynaud de Lage

Wolfstunde, de Silke Mansholt
© Christophe Raynaud de Lage

Cheval, d'Antoine Defoort et Julien Fournet
© Amicale de production - Guillaume Schmitt

Écrits rock, de P. Baux, V. Courtois, M. Malgrange, L. Zaepffel
© Samuel Deschamps

Ethnographiques, du GdRA
© Christophe Raynaud de Lage

Cinépoèmes Live
© dessin François Olislaeger

Adishatz, de Jonathan Capdevielle
© Alain Monot

Un mage en été, lecture par Olivier Cadiot
© Christophe Raynaud de Lage

Rosa, seulement, une commande à Mathieu Bertholet
© Christophe Raynaud de Lage

La Relève des dieux par les pitres, une commande à Agnès Sourdillon
© Christophe Raynaud de Lage

Black Monodie, une commande à Philippe Ménard
© Christophe Raynaud de Lage

Parfois, le corps n'a pas de coeur, une commande à Thomas Lebrun
© Christophe Raynaud de Lage

Une semaine d'art en Avignon, une commande à Olivia Grandville
© Christophe Raynaud de Lage

Proposition d'un jour d'été, une commande à Ariane Ascaride
© Christophe Raynaud de Lage

Laurent Sauvage n'est pas une walkyrie, une commande à Christophe Fiat
© Christophe Raynaud de Lage

Au Contraire, à partir de Jean-Luc Godard, une commande à Foofwa d'Imobilité
© Christophe Raynaud de Lage

Histoire du vent, de Joana Hadjithomas et Khalil Joreige
© Christophe Raynaud de Lage

Les Corbeaux - exposition, de Josef Nadj
© Christophe Raynaud de Lage

Les Sonnets, de William Shakespeare, lecture au Musée Calvet
© Christophe Raynaud de Lage

Lecture au Musée Calvet
© Christophe Raynaud de Lage

Galop Arrière, un film de Bartabas
© Christophe Raynaud de Lage

Dialogue avec le public, avec Bartabas autour du film Galop arrière
© Christophe Raynaud de Lage

Le Théâtre des Idées, avec Bruno Latour, sociologue, philosophe et commissaire d'exposition
© Christophe Raynaud de Lage

Le Théâtre des Idées
© Christophe Raynaud de Lage

Le Théâtre des Idées, avec Marc Augé, anthropologue
© Christophe Raynaud de Lage

Le Théâtre des Idées, avec Jacques Bouveresse, philosophe
© Christophe Raynaud de Lage

Les Rencontres européennes
© Christophe Raynaud de Lage

En souvenir d'Alain Crombecque
© Christophe Raynaud de Lage

Dédicaces, lecture par André Marcon
© Christophe Raynaud de Lage

Dédicaces, lecture par Jacques Bonnaffé et Christine Crombecque
© Christophe Raynaud de Lage

Dédicaces, lecture de Marcel Bozonnet
© Christophe Raynaud de Lage

Dédicaces, lecture par Michèle Guigon
© Christophe Raynaud de Lage

Dédicaces, lecture de Marie-Paule André
© Christophe Raynaud de Lage

Dédicaces, lecture de Sami Frey
© Christophe Raynaud de Lage

Dédicaces, lecture de Valérie Dréville
© Christophe Raynaud de Lage

L'École d'Art, le foyer des spectateurs
© Christophe Raynaud de Lage

Dialogue avec le public, avec l'équipe artistique de La Tragédie du roi Richard II
© Christophe Raynaud de Lage

Cour du Cloître Saint-Louis : conférence bilan du Festival d'Avignon 2010
© Christophe Raynaud de Lage

 

Bilan de l'édition

Rencontre bilan du 64e Festival d'Avignon

Conférence de presse bilan du 64e Festival d'Avignon

 

64e Festival d'Avignon
7-27 juillet 2010

La 64e édition du Festival d'Avignon se terminera le mardi 27 juillet 2010 avec les représentations de Délire à deux, Un Mage en été et La Tragédie du roi Richard II. Le Off se poursuivra quant à lui jusqu'au 31 juillet 2010.

Conçue avec Christoph Marthaler et Olivier Cadiot, artistes associés, cette édition aura fait la part belle aux rencontres artistiques et aux aventures collectives, faisant dialoguer le théâtre avec la littérature, la musique et la danse. Les représentations du monde proposées sur les plateaux, souvent avec un esprit décalé et non sans humour, se sont attachées au quotidien, à la marge, aux plus fragiles, mais aussi à la question du pouvoir. À la recherche de nouvelles formes, les spectacles ont interrogé de manière singulière l'espace et le temps, notamment en travaillant  avec l'architecture des lieux où ils ont été créés ou accueillis et en jouant sur les rythmes, étirant le temps vers le contemplatif ou, au contraire, l'accélérant. La mémoire et le silence furent très présents, comme si la "cérémonie" théâtrale nous permettait d'appréhender autrement notre époque.

De nombreux artistes du Festival ont présenté plusieurs œuvres, permettant au public de mieux découvrir leur univers. Outre les artistes associés, respectivement accompagnés par Anna Viebrock pour Christoph Marthaler et par Ludovic Lagarde pour Olivier Cadiot, on peut ainsi souligner les parcours d'Angélica Liddell, véritable découverte pour le public français, Alain Platel, Falk Richter, Rodolphe Burger, Jean Lambert-wild, Cindy Van Acker, Pascal Dusapin, le GdRA ou Boris Charmatz. Ce fut aussi le cas de plusieurs interprètes dont Laurent Poitrenaux, Denis Podalydès, Olivia Grandville, Valérie Dréville, Jonathan Capdevielle, Pierre Baux ou encore Laurent Sauvage.

Durant 21 jours, le Festival a présenté 50 spectacles dans 20 lieux différents (dont 10 dans le cadre de la Vingt-cinquième heure et 8 dans celui des Sujets à Vif) pour un total de près de 250 représentations. Les deux tiers étaient des créations ou des premières en France. 21 artistes ou collectifs d'artistes étaient invités pour la première fois au Festival, dont Jean-Baptiste Sastre, François Orsoni, Pierre Rigal, Zimmermann & de Perrot, Julie Andrée T., Christophe Feutrier, Frank Van Laecke, Anouk van Dijk et Andreas Kriegenburg. D'autres poursuivent leur histoire avec le public du Festival, notamment Josef Nadj & Akosh S., Guy Cassiers, Anne Teresa De Keersmaeker, Gisèle Vienne, Philippe Quesne, Massimo Furlan, Christophe Huysman, Bartabas, Faustin Linyekula et Stanislas Nordey. Lieu de découvertes pour le public comme pour les professionnels, français et étrangers, le Festival a joué son rôle de plateforme internationale.

Les spectateurs ont également pu développer leur parcours dans le Festival grâce à de nombreuses propositions, souvent gratuites, autour des spectacles pour partager ou approfondir leurs expériences : lectures, films, expositions, rencontres et débats, notamment à l'École d'Art qui a accueilli plus de 14 000 festivaliers. Deux manifestations exceptionnelles ont marqué cette édition : l'Hommage à Alain Crombecque et le bal du 14 juillet, organisé par Rodolphe Burger qui a réuni plus de 10 000 personnes sur la place du Palais des papes.

Pour la cinquième année consécutive, le Festival connaît un taux de fréquentation supérieur à 90 %. Cette année, 116 000 billets ont été délivrés pour une jauge totale de 122 000 places, soit une fréquentation record de 95%.

Les deux spectacles présentés dans la Cour d'honneur ont fait l'objet d'une captation : Papperlapapp, de Christoph Marthaler et Anna Viebrock, a été retransmis en direct par Arte le 17 juillet et La Tragédie du roi Richard II, mis en scène par Jean-Baptiste Sastre, par France 2 le 23 juillet. Avec plus de 200 000 visites en juillet, le nouveau site internet du Festival a également permis de suivre quotidiennement son actualité.

Le Festival poursuit ses actions d'ouverture vers de nouveaux publics, notamment en organisant, en collaboration avec les Ceméa, le séjour de près de 800 lycéens venus de dix régions de France, en favorisant la présence au Festival de jeunes Avignonnais initiés au théâtre par l'association des Amis du Festival, en soutenant l'École de la Citoyenneté développée par Dexia, ou encore en poursuivant sa collaboration avec le Centre pénitencier d'Avignon-Le Pontet.

La diversité des spectales présentés, le succès public, la richesse des échanges dans les rencontres et débats témoignent de la vitalité des arts de la scène, malgré un contexte économique qui reste difficile et les inquiètudes pesant sur les financements du spectacle vivant. Ces questions ont animé les nombreux débats et rencontres professionnels qui se sont tenus pendant le Festival. Cette 64e édition a notamment été marquée par deux déclarations d'élus et de représentants politiques, rappelant leur attachement à une politique publique en faveur de la culture et à la place de cette dernière dans les projets de société, qu'il s'agisse de la déclaration prise à un niveau européen le 10 juillet ou de celle à l'initiative de l'ensemble des associations d'élus territoriaux français le 17 juillet.

Pour la prochaine édition, Hortense Archambault et Vincent Baudriller ont choisi le chorégraphe et danseur Boris Charmatz. La programmation sera dévoilée en mars 2011.


miniatures sonores de Karelle Ménineblog dessiné de François Olislaeger

Téléchargements

  • Programme du Festival d'Avignon 2010

    PDF

  • Complément en anglais du programme du Festival d'Avignon 2010

    PDF

  • Guide du spectateur du Festival d'Avignon 2010

    PDF

  • Guide du professionnel du spectacle vivant en Avignon 2010

    PDF

  • Dossier de presse du Festival d'Avignon 2010

    PDF

  • Plan du Festival d'Avignon 2010

    PDF

  • Avant-programme du Festival d'Avignon 2010

    PDF

  • Communiqué de presse - bilan du 64e Festival d'Avignon

    PDF

  • Press Release - Final Report 2010

    PDF

  • Mélanges pour le Festival d'Avignon 2010 - éditions P.O.L

    PDF