• Vous recherchez :

 
  • Filtres optionnels :

 

spectacles

  • Théâtre
    Spectacle
  • Angelo, tyran de Padoue

  • 12, 13, 14, 16, 17, 18, 19, 20, 21, 23, 24, 25, 26, 27 juillet
    • Opéra Grand Avignon
    • Durée : 2h15
     
 
  • Cinéma
    Territoires cinématographiques
  • Ma Mère

  • 14 juillet
     
 
 
 
 

Rencontres

Précédemment
 

Portrait

  • Depuis l'adolescence, Christophe Honoré écrit, même s'il sait déjà qu'il veut, avant tout, être cinéaste. Il le deviendra après ses études universitaires à Rennes, menant de front diverses activités : critique de films, en particulier pour Les Cahiers du cinéma, scénariste, écrivain de romans, entre autres pour la jeunesse, et bien sûr réalisateur de longs métrages à partir de 2002. Son premier film, 17 Fois Cécile Cassard, en fait immédiatement une personnalité incontournable du jeune cinéma français. Avec Ma mère (2004), Dans Paris (2006), puis Les Chansons d'amour (2007), La Belle Personne (2008), Non ma fille tu n'iras pas danser (2009), L'Homme au bain (2010) et Les Bien-Aimés (2011), il affirme son désir d'un romanesque d'aujourd'hui, sans se refuser le droit de s'inspirer d'œuvres classiques comme La Princesse de Clèves qui a présidé au scénario de La Belle Personne. Au théâtre, il est d'abord auteur avec Les Débutantes (1998), Le Pire du troupeau (2001), Beautiful Guys (2004) et Dionysos impuissant, présenté en 2005 dans le cadre de la Vingt-cinquième heure au Festival d'Avignon. Il y revient en 2009 pour mettre en scène le drame romantique de Victor Hugo : Angelo, tyran de Padoue. Cette année, il y sera présent avec sa création, Nouveau Roman, mais aussi avec deux autres de ses pièces : La Faculté, écrite à la demande d'Éric Vigner pour les acteurs de l'Académie internationale de théâtre du CDDB-Théâtre de Lorient, centre dramatique national où Christophe Honoré est artiste associé, et Un jeune se tue, qui sera jouée par la dernière promotion de l'École de la Comédie de Saint-Étienne, dans une mise en scène de Robert Cantarella.

     

    JFP, avril 2012