• Vous recherchez :

 
  • Filtres optionnels :

 

En pratique

 

S

7

D

8

22h

L

9

22h

M

10

M

11

22h

J

12

22h

V

13

22h

S

14

D

15

22h

L

16

22h

M

17

22h

M

18

J

19

V

20

S

21

D

22

L

23

M

24

M

25

J

26

V

27

S

28

en images

Nouveau Roman © Christophe Raynaud de Lage / Festival d'Avignon

Nouveau Roman © Christophe Raynaud de Lage / Festival d'Avignon

Nouveau Roman © Christophe Raynaud de Lage / Festival d'Avignon

Nouveau Roman © Christophe Raynaud de Lage / Festival d'Avignon

Nouveau Roman © Christophe Raynaud de Lage / Festival d'Avignon

Nouveau Roman © Christophe Raynaud de Lage / Festival d'Avignon

Nouveau Roman © Christophe Raynaud de Lage / Festival d'Avignon

Nouveau Roman © Christophe Raynaud de Lage / Festival d'Avignon

Nouveau Roman © Christophe Raynaud de Lage / Festival d'Avignon

Nouveau Roman © Christophe Raynaud de Lage / Festival d'Avignon

Nouveau Roman © Christophe Raynaud de Lage / Festival d'Avignon

© LA COMPAGNIE DES INDES / FESTIVAL D'AVIGNON

 

présentation

  • Une photo de groupe. Une femme, sept hommes, un peu gênés, car peu habitués à poser devant l'objectif. Ils sont tous romanciers, sauf un : Jérôme Lindon, patron des Éditions de Minuit, qui les a réunis sur le trottoir de la rue Bernard-Palissy. Ainsi prend forme à Paris, un matin d'automne 1959, l'aventure du Nouveau Roman, cette vraie fausse école littéraire qui remet en cause les conventions de l'écriture romanesque, en privilégiant l'expérimentation au détriment de la primauté de l'intrigue et de la psychologie des personnages. C'est à partir de ce cliché, réalisé par le photographe italien Mario Dondero, que Christophe Honoré souhaite faire revivre, à sa manière, ces femmes et ces hommes aux destinées diverses. À sa manière, c'est-à-dire hors de tout biopic, de toute reconstitution historique, mais au plus près de la vie et de l'œuvre de ces romanciers, en faisant appel au maximum de documents possibles – leurs livres, bien sûr, mais aussi leurs interviews, leurs mémoires et leurs journaux intimes – pour dessiner des portraits, des rencontres, des affrontements. En confiant l'interprétation de ces écrivains à une majorité de jeunes acteurs, dont Anaïs Demoustier et Ludivine Sagnier, et en faisant jouer certains rôles d'hommes par des femmes, et inversement, il entend créer une distance qui lui permette d'aller au plus loin de la fiction théâtrale. Dans un présent où la recherche de formes artistiques nouvelles reste difficile, Christophe Honoré veut redonner voix à ceux qui ont osé, il y a cinquante-trois ans, affirmer haut et fort le désir de «produire quelque chose qui n'existe pas encore». Célèbres et médiatisés à l'égal de Marguerite Duras, Samuel Beckett et Nathalie Sarraute, moins connus bien que reconnus à l'image de Claude Simon, Alain Robbe-Grillet, Michel Butor ou Robert Pinget, discrets et effacés tels Claude Mauriac et Claude Ollier, ils seront rejoints sur scène par Françoise Sagan, la romancière à succès, et Catherine Robbe-Grillet, et constitueront ensemble les figures de la pièce que Christophe Honoré a imaginée en hommage à ces infatigables inventeurs. JFP

  • Distribution

    mise en scène Christophe Honoré
    scénographie Alban Ho Van
    lumière Rémy Chevrin
    vidéo Rémy Chevrin, Christophe Honoré, Baptiste Klein
    costumes Coralie Gauthier pour Yohji Yamamoto, Y's, Limi Feu
    assistanat à la mise en scène Sébastien Levy

    avec Brigitte Catillon, Jean-Charles Clichet, Anaïs Demoustier, Julien Honoré, Annie Mercier, Sébastien Pouderoux, Mélodie Richard, Ludivine Sagnier, Mathurin Voltz, Benjamin Wangermee

     

    Production

    production CDDB-Théâtre de Lorient Centre dramatique national
    coproduction Festival d'Avignon, La Colline - théâtre national Paris, Théâtre national de Toulouse-Midi Pyrénées, Théâtre Liberté Toulon, Théâtre de Nîmes, Maison des arts de Créteil, Théâtre de l'Archipel Perpignan, La Comédie de Saint-Étienne Centre dramatique national
    avec le soutien de Yohji Yamamoto, Y's et Limi Feu
    avec la participation artistique du Jeune Théâtre national
    avec l'aide de La Chartreuse Centre national des Écritures du spectacle, du Centquatre-Paris et de l'Université d'Avignon et des Pays de Vaucluse
    Par son soutien, l'Adami aide le Festival d'Avignon à s'engager sur des coproductions.

en savoir +

En tournée