• Vous recherchez :

 
  • Filtres optionnels :

 

En pratique

  • texte de Dieudonné Niangouna

    mise en scène
    DIEUDONNÉ NIANGOUNA

    Brazzaville - Paris

  • Carrière de Boulbon

    Création 2013

    Durée : mn

  • Tarifs : de 36€ à 16€

    Restauration possible sur place.

    "Shéda" est publié aux éditions Carnets Livres.

    "Shéda" fait l'objet d'une Pièce (dé)montée, dossier pédagogique réalisé par le CRDP de Paris, en ligne sur ce site et celui du CRDP.

 

V

5

S

6

D

7

21h

L

8

21h

M

9

21h

M

10

J

11

21h

V

12

21h

S

13

21h

D

14

21h

L

15

21h

M

16

M

17

J

18

V

19

S

20

D

21

L

22

M

23

M

24

J

25

V

26

en images

Shéda © Christophe Raynaud de Lage / Festival d'Avignon

Shéda © Christophe Raynaud de Lage / Festival d'Avignon

Shéda © Christophe Raynaud de Lage / Festival d'Avignon

Shéda © Christophe Raynaud de Lage / Festival d'Avignon

Shéda © Christophe Raynaud de Lage / Festival d'Avignon

Shéda © Christophe Raynaud de Lage / Festival d'Avignon

Shéda © Christophe Raynaud de Lage / Festival d'Avignon

Shéda © Christophe Raynaud de Lage / Festival d'Avignon

Shéda © Christophe Raynaud de Lage / Festival d'Avignon

Shéda © Christophe Raynaud de Lage / Festival d'Avignon

Shéda © Christophe Raynaud de Lage / Festival d'Avignon

© LA COMPAGNIE DES INDES / © FESTIVAL D'AVIGNON

Shéda © Christophe Raynaud de Lage / Festival d'Avignon

 

présentation

  • Dans le désert de terre et de pierre que représente la Carrière de Boulbon, surgissent de nulle part des êtres qui ont chuté, mais comme le disait Michel Foucault : « On peut tomber d'une montagne et se relever vivant. » Ces êtres viennent d'un ailleurs, où ils étaient sans doute puissants, intelligents, adaptés au monde qui les entourait. Peut-être sont-ils des dieux déchus. Quoi qu'il en soit, ils se présentent à nous comme des femmes et des hommes, parfois des ombres humaines, qui viennent dire les bruits du monde, la peur et la solitude. Ils sont là pour nommer le passé afin de pouvoir vivre le présent, pour continuer d'exister en affirmant leur fragilité, dans ce champ de bataille qu'est la vie. Monologues, dialogues, adresses directes au public : leurs paroles emplissent l'espace de la carrière, amplifiées par la musique et le chant. Ici, l'histoire ne compte pas en tant que telle : c'est la force de celui ou de celle qui dit qui est essentielle. Car, pour Dieudonné Niangouna, la parole dévore le monde. Depuis onze ans, l'auteur, acteur et metteur en scène congolais « rumine » Shéda. Il voit des tableaux, perçoit des situations, entend des sons. Aujourd'hui, il orchestre ce flot d'images et de mots, qui s'agencent en une fresque métaphorique touchant tout autant à la vie qu'à la mort, à la violence qu'à l'amour, à la sagesse qu'à la folie, à l'impasse qu'à l'espoir. Un creuset de la parole et de la pensée porté par un choeur de quatorze comédiens et musiciens africains et européens, dont Dieudonné Niangouna lui-même. Les figures de Shéda se confrontent, chutent et se relèvent à la recherche de l'eau, garantie de survie dans un monde de sécheresse et de désolation. Shéda, c'est aussi la somme de ce qui constitue une vie : ce qu'on connaît parce qu'on le vit et ce qu'on ne connaît pas, mais qui est en nous parce que c'est notre histoire, celle de nos ancêtres, celle que nous nous sommes construite dans les rêves et dans les livres. Pour Dieudonné Niangouna, c'est la Grèce d'Homère tout aussi bien que le colonisateur Pierre Savorgnan de Brazza, Koltès que Shakespeare, la cordillère des Andes que le Kilimandjaro. Et mille autres influences qui nourrissent son écriture théâtrale, dynamitée, chahutée, rapide, énergique, visant à « faire grimper les fourmis dans les nerfs » pour ne pas mourir, pour que la vérité sorte de la parole partagée. JFP

  • Distribution

    mise en scène Dieudonné Niangouna
    scénographie Patrick Janvier
    lumière Xavier Lazarini
    son Robin Dallier
    costumes Vélica Panduru
    préparation des combats DeLaVallet Bidiefono
    musique Pierre Lambla, Armel Malonga
    assistanat à la scénographie Ludovic Louppé, Papythio Matoudidi

    avec Laetitia Ajanohun, Marie-Charlotte Biais, Madalina Constantin, Pierre-Jean Étienne, Frédéric Fisbach, Wakeu Fogaing, Diariétou Keita, Abdon Fortuné Koumbha, Harvey Massamba, Mathieu Montanier, Criss Niangouna, Dieudonné Niangouna
    et les musiciens Pierre Lambla, Armel Malonga

    Production

    production Cie Les Bruits de la Rue - Le Grand Gardon Blanc
    coproduction Festival d'Avignon, Holland Festival (Amsterdam), IX Festival International de Buenos Aires, Bonlieu - Scène nationale Annecy
    Comédie de Reims Centre dramatique national
    avec le soutien de la Ferme du Buisson Scène nationale de Marne-la-Vallée, de la Région Île-de-France, de l'Institut français dans le cadre du fonds de production CIRCLES et du programme Afrique et Caraïbes en Créations, de l'Ambassade de France au Congo, de l'Institut français du Congo (Brazzaville), de l'Association Beaumarchais-SACD, de l'Organisation internationale de la Francophonie et d'Ecair
    avec le soutien exceptionnel de TOTAL E&P Congo
    Par son soutien, l'Adami aide le Festival d'Avignon à s'engager sur des coproductions.

en savoir +

En tournée