• Vous recherchez :

 
  • Filtres optionnels :

 

En pratique

 

S

4

D

5

22h

L

6

22h

M

7

M

8

22h

J

9

22h

V

10

22h

S

11

22h

D

12

22h

L

13

M

14

M

15

J

16

V

17

S

18

D

19

L

20

M

21

M

22

J

23

V

24

S

25

en images

Le Vivier des noms © Christophe Raynaud de Lage

© La compagnie des indes

Le Vivier des noms © Christophe Raynaud de Lage

Le Vivier des noms © Christophe Raynaud de Lage

Le Vivier des noms © Christophe Raynaud de Lage

Le Vivier des noms © Christophe Raynaud de Lage

Le Vivier des noms © Christophe Raynaud de Lage

Le Vivier des noms © Christophe Raynaud de Lage

Le Vivier des noms © Christophe Raynaud de Lage

Le Vivier des noms © Christophe Raynaud de Lage

Le Vivier des noms © Christophe Raynaud de Lage

Le Vivier des noms © Christophe Raynaud de Lage

 

présentation

  • Le Vivier des noms est d'abord le titre d'un carnet de Valère Novarina, entrouvert par L'Enfant Animal à la fin du Vrai Sang qu'il a mis en scène en 2011. S'y sont accumulés ce que l'auteur appelle logaèdres,logolithes, logogrammes et anthropoglyphes, une multitude de noms de personnages qui prolifèrent parfois d'eux-mêmes et qui jouent dans l'espace et dans le corps du spectateur. Une logique circulaire et réminiscente, comme au cirque, dans un ordre vivant parce qu'inachevé. Cette forêt de noms est la seconde qu'explore Valère Novarina. En 1986, sa première mise en scène, Le Drame de la vie, laissait déjà libre cours au déploiement de 2 587 noms, dans une entrée perpétuelle. Aujourd'hui, en cinquante-deux scènes, ces « esprits-verbaux », ces mille objets seront émis, énoncés, projetés, hasardés, risqués dans l'air par onze cents personnages appelés par leur nom – mais qui ne se montreront pas tous. Valère Novarina place, au milieu de ces noms, l'Historienne qui ordonne que l'histoire commence : le chien Uzedent sait qu'il n'apparaîtra plus, les Antipersonnes préparent un mauvais coup, l'Acteur fuyant autrui démontre pour la énième fois le contraire de sa pensée, le Ministre de l'extérieur proclame le latin langue vivante, les Enfants pariétaux viennent tous les quarts d'heure vider un sac d'idées toutes faites... En deux heures onze, la scène se défait, se refait, s'emplit de rébus. Le temps respire : personne ne l'avait vu. Les acteurs cheminent sur le tranchant du langage, entre mots qui libèrent et mots qui asservissent.

    Valère Novarina est né à Genève en 1947. Il écrit, peint et dessine : le geste est au centre de sa création, de sa réflexion et de ses recherches, parce que selon lui L'Organe du langage, c'est la main (Argol, 2013). Valère Novarina travaille l'espace, les couleurs et les mots comme de la matière. Son théâtre cherche à rendre la parole saisissable et visible par son déploiement dans l'espace. Suivant trois axes enchevêtrés, son oeuvre interroge le langage, ses origines, ses formes et « les mille façons qu'a l'homme de faire l'homme». Variant entre théâtre (L'Atelier volant, Vous qui habitez le temps, L'Opérette imaginaire, L'Acte inconnu, L'Animal du temps), textes inclassables, monologues à plusieurs voix, poésies en actes (Le Babil des classes dangereuses, Le Drame de la vie, Le Discours aux animaux, La Chair de l'homme, Le Vrai Sang) et oeuvres théoriques inspirées par la scène et les acteurs (Pendant la matière, Devant la parole, L'Envers de l'esprit, La Quatrième Personne du singulier), les livres de Valère Novarina sont publiés, pour la plupart, par les éditions P.O.L.

  • Distribution

    Texte, mise en scène et peintures Valère Novarina
    Collaboration artistique Céline Schaeffer
    Musique Christian Paccoud
    Scénographie Philippe Marioge
    Lumière Joël Hourbeigt
    Costumes Karine Vintache
    Maquillage Carole Anquetil
    Accessoires Jean-Paul Dewynter
    Dramaturgie Roséliane Goldstein, Adélaïde Pralon

    Avec Julie Kpéré, Manuel Le Lièvre, Dominique Parent, Claire Sermonne, Agnès Sourdillon, Nicolas Struve, René Turquois, Valérie Vinci
    Le musicien Christian Paccoud
    Les ouvriers du drame Elie Hourbeigt, Richard Pierre

    Avec la participation d'élèves du Conservatoire à rayonnement régional du Grand Avignon : Jérémie Aguera, Serge Atouga Attougha, Magali Avarello, Romain Bigot, Sophie Claret, Marie Gurrieri, Martin Houssais, Camille Lucas, Lisa Meyer,
    Charlotte Prost, Zoé Vuaillat

    Production

    Production L'Union des contraires
    Coproduction Festival d'Avignon, Le Fracas Centre dramatique national de Montluçon
    Avec le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication, Région Île-de-France, École de la Comédie de Saint-Étienne, DIESE# Rhône-Alpes, Adami, Spedidam
    Résidence de travail au Théâtre de Sartrouville et des Yvelines Centre dramatique national et au Colombier à Bagnolet

en savoir +

En tournée

  • Chateauroux
  • du 17-03-2016
    au 18-03-2016
  • L'Equinoxe
    Scène nationale
  • Annecy
  • du 01-03-2016
    au 02-03-2016
  • Bonlieu
    Scène nationale