• Vous recherchez :

 
  • Filtres optionnels :

 

En pratique

  • de Mohammad Al Attar

    Mise en scène OMAR ABUSAADA

    Damas

  • Gymnase Paul Giéra

    Création 2016

    Spectacle en arabe surtitré en français.

    Focus Moyent-Orient 

    Durée : 1h40

 

M

6

J

7

V

8

18h

30

S

9

18h

30

D

10

L

11

18h

30

M

12

18h

30

M

13

18h

30

J

14

18h

30

V

15

S

16

D

17

L

18

M

19

M

20

J

21

V

22

S

23

D

24

en images

Alors que j'attendais © Christophe Raynaud de Lage

Alors que j'attendais © Christophe Raynaud de Lage

Alors que j'attendais © Christophe Raynaud de Lage

Alors que j'attendais © Christophe Raynaud de Lage

Alors que j'attendais © Christophe Raynaud de Lage

Alors que j'attendais © Christophe Raynaud de Lage

Alors que j'attendais © Christophe Raynaud de Lage

Alors que j'attendais © Christophe Raynaud de Lage

Alors que j'attendais © Christophe Raynaud de Lage

 

présentation

  • Disparu puis brutalement battu après avoir traversé un des nombreux check points qui fractionnent Damas en Syrie, Taim est admis à l'hôpital sans connaissance. Les médecins en informent la famille et l'accident la met face à des confrontations douloureuses et des révélations ensevelies. Après avoir surmonté la mort tragique du père et le scandale qu'elle a révélée, la famille parait incapable d'affronter le coma du fils sans accomplir de profondes mutations. De son sommeil profond, le jeune homme observe ses proches lui rendre visite et, mêlant sa voix à la leur, raconte la vie qui a changé de cours, le quotidien bouleversé de cette famille et les changements qui affectent la capitale syrienne devenue étrange et cruelle. Pour documenter cette pièce sur l'omniprésence de l'absence, Omar Abusaada a rencontré des familles plongées dans le drame du coma et des médecins afin d'en comprendre les mécanismes et d'en percer les mystères. Avec l'auteur Mohammad Al Attar, le metteur en scène a imaginé cette fable qui tisse ensemble différents niveaux de conscience. Métaphore à peine voilée de l'état dans lequel se trouve son pays, « ni vivant ni mort, cette zone grise entre espoir et désespoir » mais aussi de ses rêves de théâtre politique « dont les valeurs n'ont pas réussi à s'incarner quand c'était encore possible ». Un théâtre de résistance qui réinterroge ses capacités fictionnelles sans renoncer jamais à raconter l'Histoire.

    Omar Abusaada
    Omar Abusaada poursuit ses études à l'Institut supérieur d'art dramatique de Damas, sa ville natale. Encouragé par ses professeurs qui développent alors de nouvelles méthodes de travail ouvertes sur la création mondiale, il forge sa vision d'un théâtre politiquement et socialement engagé. Dramaturge et metteur en scène, en 2002, il co-fonde le Studio Théâtre dont le premier spectacle en 2004 s'intitule Insomnia. Puis met en scène El affich (2006), Forgiveness, travail d'improvisation avec un groupe de détenus d'une prison pour mineurs, Almirwad wa almikhala (2009), Look at the streets... this is what hope look like (2011), Could You Please Look into the Camera? (2012), Intimacy et Syria Trojan women (2013), Antigone of Shatila (2014). Pendant des années, il a sillonné les provinces reculées de Syrie, d'Égypte et du Yémen en jouant sur des places de village des spectacles qui sont autant de prétextes à dialoguer avec les habitants, parfois invités à rejoindre les comédiens sur scène. Depuis, il signe des spectacles qui introduisent dans le théâtre syrien de nouvelles pratiques comme l'écriture contemporaine ou le théâtre documentaire.

    Mohammad Al Attar
    Auteur et dramaturge syrien né à Damas en 1980, Mohammad Al Attar écrit pour de nombreux magazines et journaux avec comme centre d'intérêt récent le soulèvement syrien. En 2007, il rencontre Omar Abusaada. Ensemble, ils font l'expérience d'un théâtre documenté. En parallèle à son écriture pour la scène, il utilise le théâtre pour mener des projets avec des groupes marginalisés dans le monde arabe. Ses pièces ont été présentées à Damas, Londres, New York, Séoul, Berlin, Bruxelles, Edimbourg, Tunis, Athènes, Beyrouth. Plusieurs de ses oeuvres ont été traduites et publiées en anglais.

  • Distribution

    Mise en scène Omar Abusaada
    Texte et dramaturgie Mohammad Al Attar
    Scénographie Bissane Al Charif
    Lumière Hasan Albalkhi
    Vidéo Reem Al Ghazzi
    Musique Samer Saem Eldahr (Hello Psychaleppo)

    Avec Mohamad Al Refai, Mohammad Alarashi, Fatina Laila, Nanda Mohammad, Amal Omran, Mouiad Roumieh

    Production

    Coproduction Festival d'Avignon, Napoli Teatro Festival, AFAC Arab Fund for Arts and Culture, Pôle Arts de la scène - Friche La Belle de Mai (Marseille), Theater Spektakel (Zürich), Onassis Cultural Centre (Athènes), Vooruit (Gent), La Bâtie Festival de Genève, Les Bancs publics - Festival Les Rencontres à l'échelle (Marseille), Festival d'Automne à Paris
    Avec l'aide de La Criée Théâtre national de Marseille, Le Tarmac (Paris), Montévidéo Marseille
    En partenariat avec RFI, France 24 et Monte Carlo Doualiya

en savoir +

En tournée

  • Paris
  • du 12-10-2016
    au 15-10-2016
  • Le Tarmac