• Vous recherchez :

 
  • Filtres optionnels :

 

spectacles

  • Théâtre
    Spectacle
  • SOPRO

  • 7, 8, 9, 10, 12, 13, 14, 15, 16 juillet
    • Cloître des Carmes
    • Durée : 1h45 estimée
     
 
 

Rencontres

Précédemment
  • Théâtre et pouvoir

    • samedi 15 juillet à 14H30
    • Site Louis Pasteur Supramuros de l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse
    • 1h30
     
  • Avec Théâtre/Public

 

Portrait

  • Comédien portugais, Tiago Rodrigues n'a d'abord d'autre ambition que de jouer avec des gens qui voudraient inventer ensemble des spectacles. Sa rencontre avec le tg STAN en 1997, lorsqu'il a 20 ans, marque définitivement son attachement à l'absence de hiérarchie au sein d'un groupe en création. La liberté de jeu et de décision donnée au comédien influencera pour toujours le cours de ses spectacles. Tiago Rodrigues se trouve ainsi plusieurs fois, dès le début de son parcours, dans la position d'initiateur et signe peu à peu des mises en scène et des écritures qui lui « tombent dessus ». Lancé, il écrit parallèlement des scénarios, des articles de presse, des poèmes, des préfaces, des tribunes. En 2003, il fonde avec Magda Bizarro la compagnie Mundo Perfeito au sein de laquelle il crée de nombreux spectacles sans s'installer dans un lieu fixe, devenant l'invité d'institutions nationales et internationales. En France, il présente notamment au Festival d'Avignon en 2015 sa version en portugais d'Antoine et Cléopâtre d'après Shakespeare, qui paraît, comme toutes ses pièces traduites en français, aux éditions Les Solitaires intempestifs. By heart est présenté en 2014 au Théâtre de la Bastille, qui l'invite par la suite à mener une « occupation » du théâtre durant deux mois au printemps 2016, pendant laquelle il a crée Bovary. À la tête du Teatro Nacional Dona Maria II à Lisbonne depuis trois ans, Tiago Rodrigues conserve une économie de moyens qu'il s'est appropriée comme grammaire personnelle et il devient, à plus large échelle, lanceur de ponts entre villes et entre pays, hôte et promoteur d'un théâtre vivant.

     

    © portrait Magda Bizarro