• Vous recherchez :

 
  • Filtres optionnels :

 
    • L'Acte inconnu

    • Théâtre - Musique / Spectacle

En pratique

 

V

6

S

7

D

8

L

9

M

10

M

11

J

12

V

13

S

14

D

15

L

16

M

17

M

18

J

19

V

20

S

21

D

22

L

23

M

24

M

25

J

26

V

27

en images

L'Acte inconnu © Christophe Raynaud de Lage / Festival d'Avignon

L'Acte inconnu © Christophe Raynaud de Lage / Festival d'Avignon

L'Acte inconnu © Christophe Raynaud de Lage / Festival d'Avignon

L'Acte inconnu © Christophe Raynaud de Lage / Festival d'Avignon

L'Acte inconnu © Christophe Raynaud de Lage / Festival d'Avignon

L'Acte inconnu © Christophe Raynaud de Lage / Festival d'Avignon

L'Acte inconnu © Christophe Raynaud de Lage / Festival d'Avignon

© LA COMPAGNIE DES INDES / FESTIVAL D'AVIGNON

 

présentation

  • Né en 1947, Valère Novarina passe son enfance et son adolescence sur la rive française du lac Léman. Après des études de philosophie et de philologie à Paris, il rédige un mémoire sur Antonin Artaud, lit La Divine Comédie pendant une année, projette d'écrire une thèse sur Adolphe Appia, puis sur Louis de Funès. Les éditions P.O.L publieront à partir de 1984 la totalité des écrits de cet auteur inclassable qui ne cherche pas à être classé. Ne trouvant pas de metteur en scène pour ses pièces, pressé par les acteurs, il franchit le pas et, à partir de 1986, en assure la mise en scène. Le Drame de la vie, avec ses 2 587 personnages, sera ainsi joué au Festival d'Avignon, qui accueillera ensuite la plupart de ses créations : Le Discours aux animaux en 1987, Vous qui habitez le temps en 1989, La Chair de l'homme en 1995, L'Origine rouge en 2000. Il devait y créer La Scène en 2003. Il a aussi présenté Je suis au Festival d'Automne à Paris en 1991 et Le Jardin de la reconnaissance au Théâtre de l'Athénée à Paris en 1997. En 2006, il entre au répertoire de la Comédie-Française avec L'Espace furieux.
    Dessinateur et peintre, il associe ses différentes activités sur le plateau des théâtres pour créer une œuvre novatrice, originale, essentiellement poétique qui régénère le théâtre en lui insufflant une langue démesurée qui envahit le plateau, quasi indomptable, en état d'insurrection permanente.

    C'est dans la Cour d'honneur du Palais des papes que Valère Novarina nous convoque pour un nouveau voyage dans l'univers du langage, voyage à la source de notre langue “mangée" par des acteurs boulimiques et généreux qui, avec leurs corps, font danser les mots sur la scène du théâtre. Théâtre forain, cirque, ballet, tragédie classique, comédie, drame, music-hall, attractions, marionnettes ? Tout à la fois, car toutes les formes sont bonnes pour faire entendre aux spectateurs que la langue n'est pas seulement une suite de mots mais un des fondements de notre “vivre ensemble” dans lequel nous devons nous reconnaître et nous retrouver sous peine d'éclatement, de crise, d'effondrement. Une langue qui retrouve ses origines, qui sort de l'oubli le parler dialectal, qui enrichit le présent des trésors du passé. Les personnages de L'Acte inconnu, Raymond de la Matière, Irma Grammatica, Le Déséquilibriste, La Machine à faire l'Homme, Jean Terrier, L'Ouvrier du Drame et tous leurs compagnons de voyage vont rebondir de cour à jardin pour manifester leur désir de se tenir droits, insoumis, drôles, en un mot “vivants”, dans ce “paysage parlé” qui se déploie en quatre temps, en quatre mouvements de ballet qui se développent dans cet espace vide, lieu par excellence de l'explosion du verbe et de la dissection du corps. C'est par chutes, cassures, déconstructions, reconstructions successives que se constitue le travail de Valère Novarina, comme un grand rébus, comme un jeu presque enfantin qu'il faut aborder en toute liberté, sans a priori, sans certitudes. La scène devient le lieu du plaisir ludique, celui d'ouvrir des espaces inconnus à des corps parlants par mots et par gestes, celui de faire entendre et partager une langue délivrée. JFP

  • Distribution

    texte, mise en scène et peintures: Valère Novarina
    avec: Michel Baudinat, Manuel Lelièvre, Olivier Martin-Salvan, Dominique Parent, Dominique Pinon, Myrto Procopiou, Agnès Sourdillon, Véronique Vella (sociétaire de la Comédie-Française), Léopold von Verschuer, Valérie Vinci
    un musicien sur scène: Christian Paccoud
    un ouvrier du drame: Richard Pierre
    scénographie: Philippe Marioge
    collaboration à la mise en scène: Céline Schaeffer
    lumières: Joël Hourbeigt
    costumes: Renato Bianchi
    musiques: Christian Paccoud, Scardanelli (cinq chansons composées par: Christian Paccoud)
    dramaturgie: Pascal Omhovère, Roséliane Goldstein
    administration Minijy: Clara Rousseau, Séverine Péan
    texte à paraître aux Éditions P.O.L en juillet 2007

    Production

    coproduction: Festival d'Avignon, Théâtre national de la Colline, Centre dramatique national Orléans-Loiret-Centre, Théâtre national populaire Villeurbanne, La rose des vents-Scène nationale de Lille Métropole-Villeneuve d'Ascq
    avec le soutien: de la Direction de la musique, de la danse, du théâtre et des spectacles du ministère de la Culture et de la Communication, de la Région Île-de-France et de l'Association Beaumarchais
    Le Festival d'Avignon reçoit le soutien: de l'Adami pour la production
    Le spectacle sera diffusé en direct sur ARTE le 11 juillet à 22h

en savoir +