• Vous recherchez :

 
  • Filtres optionnels :

 
    • Angelo, tyran de Padoue

    • Théâtre / Spectacle

En pratique

 

M

7

M

8

J

9

V

10

S

11

D

12

L

13

M

14

M

15

J

16

V

17

S

18

D

19

L

20

M

21

M

22

J

23

V

24

S

25

D

26

L

27

M

28

M

29

en images

© LA COMPAGNIE DES INDES / FESTIVAL D'AVIGNON

Angelo, tyran de Padoue © Christophe Raynaud de Lage / Festival d'Avignon

Angelo, tyran de Padoue © Christophe Raynaud de Lage / Festival d'Avignon

Angelo, tyran de Padoue © Christophe Raynaud de Lage / Festival d'Avignon

Angelo, tyran de Padoue © Christophe Raynaud de Lage / Festival d'Avignon

Angelo, tyran de Padoue © Christophe Raynaud de Lage / Festival d'Avignon

 

présentation

  • En choisissant Victor Hugo pour sa première grande mise en scène de théâtre, Christophe Honoré étonne, intrigue. Angelo, tyran de Padoue surprend plus encore : peu montée, cette pièce en est presque incongrue. Pour lui, il s'agit d'un texte dont la clarté cache bien des portes secrètes et des souterrains obscurs et ambigus. Il y a cherché, et trouvé, deux rôles féminins pour Clotilde Hesme (La Tisbe) et Emmanuelle Devos (Catarina). La première est la maîtresse d'Angelo, la seconde sa femme, mais toutes deux aiment secrètement le même homme, Rodolfo. Impuissant à se faire aimer, jaloux, suspicieux, autoritaire et violent, le tyran ne parviendra pas à changer le cours des inclinations. Hugo a ainsi écrit un drame des cœurs où le pouvoir le plus dur joue avec les sentiments les plus purs. Cette tyrannie domestique, qui vire au mélodrame sentimental, permet à Christophe Honoré et à ses acteurs d'explorer le terrain de l'intime. Car l'enjeu de la tyrannie n'est pas tant le pouvoir que le désir. Ce sont ses formes, telles qu'elles se montrent et s'échappent, que le spectacle cherche à capter, ne serait-ce qu'un instant. Sur scène, voici donc la langue amoureuse, les corps du désir, les serments pour toujours, quelques preuves d'amour, mais surtout les stratégies, les espoirs et les cauchemars qu'ils engendrent. Pourquoi faut-il que, dans cet univers froid, sans humanité, le désir s'immisce malgré tout et bouleverse, jette à terre, révolte ? Cette question est au centre du travail de Christophe Honoré. Il s'attaque donc à ce texte avec la liberté du cinéma, une liberté formelle qui lui permet de « recadrer » les corps, de s'approcher, de faire voir et sentir sur la peau des femmes le bouillonnement des cœurs. Mais il n'en recourt pas moins au théâtre, aux comédiens et aux comédiennes, déployant un lyrisme qui passe par le jeu, qui ne craint pas d'être visible, d'imposer des élans, des envolées comme des abattements et des agonies. ADB



    Drame romantique en prose, Angelo, tyran de Padoue est une pièce méconnue du répertoire de Victor Hugo (1802-1885). C'est âgé d'une trentaine d'années mais déjà empreint de maturité, que celui-ci a écrit pour la scène du Théâtre-Français cette histoire de tyrannie et de sentiments. Une tragédie pétrie de puissance et de fragilité, où le destin de quatre êtres passionnés se joue en l'espace de trois journées.

  • Distribution

    mise en scène: Christophe Honoré
    assistanat à la mise en scène: Florian Richaud
    scénographie: Samuel Deshors
    lumière: Rémy Chevrin
    son: Valérie Deloof
    costumes: Yohji Yamamoto et Limi Feu
    avec: Jean-Charles Clichet, Anaïs Demoustier, Emmanuelle Devos, Marcial di Fonzo Bo, Clotilde Hesme, Julien Honoré, Hervé Lassïnce, Sébastien Pouderoux (distribution en cours)

    Production

    production déléguée: Festival d'Avignon
    coproduction: France Télévisions, Centre dramatique national Orléans/Loiret/Centre,
    Maison des Arts et de la Culture de Créteil, Cddb Théâtre de Lorient Centre dramatique national, Théâtre de St-Quentin-en-Yvelines Scène nationale.
    avec le soutien: de la Région Ile-de-France, de la Comédie de Reims Centre dramatique national, de Yohji Yamamoto et de Limi Feu.
    avec l'aide: du CentQuatre établissement artistique de la Ville de Paris et la participation artistique du Jeune Théâtre National
    Le Festival d'Avignon reçoit le soutien de l'Adami pour la production

en savoir +