• Vous recherchez :

 
  • Filtres optionnels :

 
    • ARCHIVES 2011 / Et nous brûlerons une à une les villes endormies...

    • Performance - Théâtre - Vidéo / Vingt-cinquième heure -
    • Et nous brûlerons une à une les villes endormies...

    • Performance - Théâtre - Vidéo / Vingt-cinquième heure -

En pratique

 

M

6

J

7

V

8

S

9

D

10

L

11

23h

M

12

23h

M

13

J

14

V

15

S

16

D

17

L

18

M

19

M

20

J

21

V

22

S

23

D

24

L

25

M

26

en images

Et nous brûlerons une à une les villes endormies... © Christophe Raynaud de Lage / Festival d'Avignon

Et nous brûlerons une à une les villes endormies... © Christophe Raynaud de Lage / Festival d'Avignon

Et nous brûlerons une à une les villes endormies... © Christophe Raynaud de Lage / Festival d'Avignon

 

présentation

  • Le cinéaste Sylvain George incarne tout d'abord une conduite. Son intransigeance est exemplaire et, depuis ses débuts, il ne s'en est jamais éloigné. Intransigeance qui est la sienne à l'égard du monde aussi bien que de l'art, affirmée au prix de combats menés avec acharnement, sans reddition aucune. En prise avec le présent le plus immédiat, il s'est impliqué dans un de ses noeuds les plus douloureux - celui du destin des sans-papiers. Être parti de làbas, sans être arrivé quelque part... Être du bord ! Sylvain George a osé plonger dans ce qui fut un enfer moderne, l'enfer de Calais, et là-bas, il a rencontré, il s'est immergé, directement, sans médiateur, dans « la douleur du monde ». Il l'a auscultée, habité d'une irrépressible révolte. Ses mots comme ses images nous projettent, aujourd'hui, devant un noir pur, le noir de l'au-delà de la nuit. Sylvain George est en effet le veilleur d'une nuit dont il a éprouvé l'insupportable excès et dont il est ressorti pour dire toute la détresse. Et ainsi, comme à des Macbeth modernes, il nous fait perdre le sommeil. Aujourd'hui, après que Sylvain George a eu comme partenaire le grand Archie Shepp, c'est Valérie Dréville qui, avec le courage qui lui est propre, s'associe à cette aventure. Actrice de tous les possibles, elle se lance dans le « noir pur » de Sylvain George pour faire entendre les échos et retrouver les traces de l'enfer de Calais.

    Georges Banu

  • Distribution

    texte, images et mise en scène Sylvain George
    création lumière Laurent Schneegans
    free noise, blues, samples Olivier "Diabolo" Paltsou

    avec Valérie Dréville

     

    Production

    production Noir Production

    avec le soutien du CentQuatre, de la DRAC Île-de-France, du Festival d'Avignon, de la Fondation Abbé Pierre et du Théâtre Malakoff 71

    remerciements à George Banu, Malika Chafi, Valérie Dréville, Cecile Renault

en savoir +