• Vous recherchez :

 
  • Filtres optionnels :

 
    • ARCHIVES 2014 / Mahabharata - Nalacharitam

    • Théâtre / Spectacle
    • Mahabharata - Nalacharitam

    • Théâtre / Spectacle

En pratique

 

V

4

S

5

D

6

L

7

22h

M

8

22h

M

9

J

10

22h

V

11

22h

S

12

22h

D

13

22h

L

14

22h

M

15

22h

M

16

J

17

22h

V

18

22h

S

19

22h

D

20

L

21

M

22

M

23

J

24

V

25

S

26

D

27

en images

Mahabharata-Nalacharitam © Miuria

© LA COMPAGNIE DES INDES

© LA COMPAGNIE DES INDES

Réalisé par des lycéens d'Avignon Festival d'Avignon

Mahabharata-Nalacharitam © Christophe Raynaud de Lage

Mahabharata-Nalacharitam © Christophe Raynaud de Lage

Mahabharata-Nalacharitam © Christophe Raynaud de Lage

Mahabharata-Nalacharitam © Christophe Raynaud de Lage

Mahabharata-Nalacharitam © Christophe Raynaud de Lage

Mahabharata-Nalacharitam © Christophe Raynaud de Lage

Mahabharata-Nalacharitam © Christophe Raynaud de Lage

Mahabharata-Nalacharitam © Christophe Raynaud de Lage

Mahabharata-Nalacharitam © Christophe Raynaud de Lage

Mahabharata-Nalacharitam © Christophe Raynaud de Lage

Mahabharata-Nalacharitam © Christophe Raynaud de Lage

Mahabharata-Nalacharitam © Christophe Raynaud de Lage

Mahabharata-Nalacharitam © Christophe Raynaud de Lage

Mahabharata-Nalacharitam © Christophe Raynaud de Lage

Mahabharata-Nalacharitam © Christophe Raynaud de Lage

Mahabharata-Nalacharitam © Christophe Raynaud de Lage

Mahabharata-Nalacharitam © Christophe Raynaud de Lage

Mahabharata-Nalacharitam © Christophe Raynaud de Lage

Mahabharata-Nalacharitam © Christophe Raynaud de Lage

 

présentation

  • Les splendeurs du théâtre japonais au service d'un texte mythique venu du plus loin de la culture indienne, un texte fondateur pour une civilisation, que Satoshi Miyagi veut faire sien sans trahir la beauté de la légende historique. Le metteur en scène confie à vingt-cinq acteurs-danseurs et musiciens le soin de relater un des épisodes de cette épopée : l'histoire d'amour contrariée du roi Nala et de la belle princesse Damayanti, son épouse, avec toutes les épreuves initiatiques qu'ils devront traverser, leur rencontre avec les monstres des forêts mais aussi les bons génies qui vont les aider à se retrouver. En une suite de tableaux vivants ponctués par la narration d'un récitant, ce sont les corps des acteurs, vêtus de somptueux kimonos en papier, référence à l'époque Heian (IXe-XIIe siècles), qui sont mis en scène avec une précision de gestes et de regards qui émerveille. Ces corps racontent les batailles, les intrigues, l'errance, le désir, l'amour, la peur, les histoires des hommes perturbées par les dieux. Habitées par la force du poème, ces figures vivantes transmettent, parfois avec beaucoup d'humour et de distance, l'émotion d'une fresque qui nous semble toujours aussi merveilleuse et riche d'enseignement. Dans la carrière de Boulbon, où Peter Brook avait mis en scène pour la première fois ce poème en 1985, Satoshi Miyagi, entre tradition et modernité, fait entendre l'universalité d'une oeuvre encore et toujours envoûtante.

    Après des études d'esthétique à l'université de Tokyo, Satoshi Miyagi choisit de se consacrer au théâtre. Il apprend avec les professeurs Yushi Odajima, Moriaki Watanabe ou Hachiro Hidaka. Il fonde sa première compagnie en 1980, mais continue des recherches personnelles, notamment avec des performances en solo. En 1990, il crée une seconde compagnie, Ku Na'uka, avec laquelle il développe ce qui deviendra une méthode de travail, basée sur la gymnastique orientale et des alternances de rôle entre comédiens – comme lorsque chaque personnage est interprété par deux acteurs : le premier raconte et le second évolue sans parler. Outre cette distance entre les corps et les mots, il hérite de certaines techniques des formes traditionnelles du théâtre japonais : le bunraku, et le kabuki qui s'en inspire. Satoshi Miyagi a ainsi abordé les tragédies grecques – Antigone de Sophocle, Médée d'Euripide –, mais aussi le théâtre shakespearien avec Othello et le théâtre anglo-saxon plus contemporain, Salomé d'Oscar Wilde ou Un tramway nommé Désir de Tennessee Williams, ainsi que des textes d'auteurs japonais. Depuis 2007, il dirige le Shizuoka Performing Arts Center, fondé en 1997 par Tadashi Suzuki, plateforme de création japonaise ouverte aux metteurs en scène étrangers. Satoshi Miyagi est aujourd'hui considéré comme un des grands novateurs du théâtre japonais et reconnu à ce titre dans le monde entier.

    Mahabharata
    Ce texte appartient à la littérature Itihasa, mot sanskrit que l'on peut traduire par : « Cela s'est véritablement passé. » Cette saga mythique, historique, héroïque, folklorique qui comporte dix-huit livres, 81 936 strophes, plus de 200 000 vers, date de 2 200 avant J.-C., période au cours de laquelle, en Inde, on passe de la tradition orale aux textes écrits. « La Bible et Shakespeare réunis », dit Peter Brook. Le Mahabharata est le récit de l'histoire très mouvementée de deux branches d'une famille royale. Cette épopée a traversé la société indienne et lui a donné des cadres moraux, éthiques et religieux qui font toujours référence dans l'Inde d'aujourd'hui.

    Jean-François Perrier, avril 2014

  • Distribution

    Mise en scène Satoshi Miyagi
    Adaptation Satoshi Miyagi et Azumi Kubota
    Musique Hiroko Tanakawa
    Paysagiste Junpei Kiz
    Dramaturgie Yoshiji Yokoyama
    Lumière Koji Osako, Hiroya Kobayakawa, Eiji Yamamori
    Son Ryo Mizumura, Hisanao Kato, Koji Makishima
    Accessoires Eri Fukasawa
    Directeur technique Mahito Horiuchi
    Assistanat à la mise en scène Masaki Nakano
    Collaboration Keita Mishima
    Administration Takako Oishi, Sakiko Nakano

    Avec
    Kazunori Abe
    Narrateur
    Micari Damayanti
    Kouichi Ohtaka Nala
    Yoneji Ouchi Varshuneya
    Naomi Akamatsu Kesini
    Yudai Makiyama Pushkar
    Hisashi Yokoyama Kali
    Takahiko Watanabe Bhima et Chasseur
    Maki Honda Impératrice douairière
    Moemi Ishii Sunanda
    Yuya Daidomumon Rituparna
    Ryuji Makino Sudeva
    Yuumi Sakakibara et Momoyo Tateno Indra
    Yu Sakurauchi et Maki Honda Agni
    Miyuki Yamamoto et Mari Suzuki Varuna
    Kotoko Kiuchi et Sachiko Kataoka Yama
    Mari Suzuki et Yuumi Sakakibara Karkotaka

    Et les musiciens
    Ayako Terauchi (chef d'orchestre), Moemi Ishii, Yukio Kato, Yu Sakurauchi, Yuzu Sato, Yuki Nakamura, Fuyuko Moriyama, Miyuki Yamamoto, Ryo Yoshimi, Yoichi Wakamiya


    Production

    Production SPAC-Shizuoka Performing Arts Center
    Coproduction Kanagawa Arts Theatre
    Avec le soutien de Agency for Cultural Affairs Government of Japan in the fiscal year 2014

en savoir +