• Vous recherchez :

 
  • Filtres optionnels :

 
    • Hacia la alegría

    • Théâtre / Spectacle

En pratique

  • Vers la joie

    Texte et mise en scène OLIVIER PY

    Madrid - Avignon

  • > L'Autre Scène du Grand Avignon - Vedène

    Première en France

    Spectacle en espagnol surtitré en français. 

    Durée : 1h15

  • Tarifs : de 28€ à 10€

    "Excelsior" d’Olivier Py est publié aux éditions Actes Sud.

    Attention : en raison du changement de sens de circulation avenue du 7e Génie durant la période du Festival, la navette pour Vedène partira du Cours Jean Jaurès. Suivez les panneaux du Festival !

 

S

4

D

5

L

6

M

7

18h

M

8

18h

J

9

18h

V

10

18h

S

11

D

12

18h

L

13

18h

M

14

18h

M

15

J

16

V

17

S

18

D

19

L

20

M

21

M

22

J

23

V

24

S

25

en images

Hacia la alegría © Christophe Raynaud de Lage

© La compagnie des indes

Hacia la alegría © Christophe Raynaud de Lage

Hacia la alegría © Christophe Raynaud de Lage

Hacia la alegría © Christophe Raynaud de Lage

Hacia la alegría © Christophe Raynaud de Lage

Hacia la alegría © Christophe Raynaud de Lage

Hacia la alegría © Christophe Raynaud de Lage

Hacia la alegría © Christophe Raynaud de Lage

Hacia la alegría © Christophe Raynaud de Lage

Hacia la alegría © Christophe Raynaud de Lage

Hacia la alegría © Christophe Raynaud de Lage

 

présentation

  • Un marathon intérieur. Avec le physique d'un dieu des forges, Pedro Casablanc se révèle coureur de fond et s'empare de l'épreuve d'endurance, introspective et néanmoins éclatante, que lui propose Olivier Py. Une course à l'abîme, qui commence à l'intérieur d'un appartement pour aboutir dans les ordures refoulées à la périphérie de la ville. L'homme qui court, un architecte au faîte de son oeuvre, chemine à travers les rues, gratte le vernis de sa réussite, se déleste de ce qui le constitue et l'encombre. S'il emprunte la trajectoire d'un exil ou d'une chute, son parcours s'avère plus proche de la reconquête, de l'ascension. Le questionnement politique sur la ségrégation sociale de la ville, les formes de la reconnaissance, la place de l'art dans l'espace public préparent une expérience mystique, existentielle, la découverte d'une énergie primitive et brute. Olivier Py a trouvé en Pedro Casablanc la force virile et terrestre nécessaire pour ancrer, dans la matérialité du plateau, le premier chapitre de son roman Excelsior. Chapitre traduit pour la scène en espagnol, langue dont la percussion rythme concrètement, accompagnée par un quatuor à cordes, la course poétique d'un homme vers la joie.

    Acteur, chanteur, écrivain poète et passeur de poètes, traducteur de Shakespeare, metteur en scène de théâtre et d'opéra : la recherche d'Olivier Py prend tous les chemins possibles, intérieurs et concrets, pour rencontrer une présence au monde, une réponse fugitive à l'inquiétude latente. Dans cette aventure des tréteaux et des plateaux, la parole est le véhicule, ou bien la pioche ; il l'aime lyrique et triviale, mystérieuse et partagée. Il fait entendre notamment celles d'Eschyle, de Claudel, de Shakespeare, mais aussi la sienne, dans des pièces qui parlent du théâtre, de transmission, de l'époque, de la foi.Ses expériences à la tête du Centre dramatique national d'Orléans, de l'Odéon-Théâtre de l'Europe puis du Festival d'Avignon (depuis septembre 2013) enrichissent sa réflexion sur le politique, le pouvoir, l'humanité-monde. Des questionnements au coeur de ses deux nouvelles créations, Le Roi Lear et Hacia la alegría.

    Des strass de Miss Knife, scintillant dans les intimes cabarets, au couvent monumental du Dialogue des carmélites pour l'opéra, Pierre-André Weitz change d'échelle mais applique le même soin aux costumes et décors qu'il conçoit. Formé au conservatoire de Strasbourg, section arts lyriques, et à l'école d'architecture, il se passionne très tôt pour la scénographie. Il travaille avec Olivier Py depuis 1993. Comme l'architecte de Hacia la alegría, il refuse et défie l'immobilité de la matière, concevant des dispositifs en mouvement qui font jouer en particulier l'espace et la verticalité. Étages à habiter, escaliers à gravir, hautes façades à tagger : les scénographies de Pierre-André Weitz permettent souvent aux acteurs et au regard de s'élever.

    Le projet Villes en Scène/Cities on Stage, soutenu par la Commission européenne, mobilise sept institutions théâtrales et douze metteurs en scène autour de la question du vivre ensemble dans les grandes villes d'Europe.Dans ce cadre, le Festival d'Avignon a présenté en 2014, Dire ce qu'on ne pense pas dans des langues qu'on ne parle pas d'Antônio Araújo, Le sorelle Macaluso d'Emma Dante et Solitaritate de Gianina Cărbunariu. Hacia la alegría a été créée au Teatro de La Abadía à Madrid en novembre 2014.


  • Distribution

    Texte et mise en scène Olivier Py
    Traduction Fernando Gómez Grande
    Musique Fernando Velázquez
    Scénographie et costumes Pierre-André Weitz
    Lumière Bertrand Killy
    Assistanat à la mise en scène Luis Blat et Andrea Delicado

    Avec Pedro Casablanc et les musiciens Preslav Ganev, Desislava Karamfilova, Petya Kavalova, Stamen Nikolov  

    Production

    Production Teatro de La Abadía
    Coproduction Festival d'Avignon, Théâtre National Bruxelles
    Avec le soutien du programme Culture de l'Union européenne dans le cadre de Villes en Scène/Cities on Stage Comunidad de Madrid, Ministerio español de Educación, Cultura y Deportes, Ayuntamiento de Madrid.
    En collaboration avec Teatrul National Radu Stanca (Sibiu)
    Résidence à la FabricA

en savoir +

En tournée