• Vous recherchez :

 
  • Filtres optionnels :

 

En pratique

 

M

6

J

7

V

8

S

9

D

10

L

11

M

12

M

13

J

14

V

15

S

16

D

17

L

18

M

19

M

20

J

21

15h

V

22

15h

S

23

15h

D

24

15h

20h

en images

Hearing © Christophe Raynaud de Lage

Hearing © Christophe Raynaud de Lage

Hearing © Christophe Raynaud de Lage

Hearing © Christophe Raynaud de Lage

Hearing © Christophe Raynaud de Lage

Hearing © Christophe Raynaud de Lage

Hearing © Christophe Raynaud de Lage

 

présentation

  • Chaque fois qu'elle prend son vélo, Samaneh repense à Neda qui dévalait, libre, les rues encore désertes de Téhéran, à Neda qui ne reviendra pas de son exil en Suède. Elle repense à ce soir de Nouvel An où, restée à l'internat pour filles de son université, elle croit entendre le rire d'un homme provenant de la chambre de sa camarade. Voix réelle aux côtés de son amie censée rester seule ou voix tapie au creux de ses fantasmes d'adolescente ? Trop tard. La rumeur de la transgression absolue a couru. Un rapport est remis à la surveillante. Depuis douze ans, Samaneh revit en boucle l'interrogatoire subi, ressasse les réponses qu'elle ne peut plus changer, revit son « cauchemar de femme coincée dans la culpabilité ». Une sanction inconsciente qu'Amir Reza Koohestani, dans cet opus en clair-obscur, souligne d'un trait bleu qui ne la quittera plus. Cette voix, c'est aussi le ressort dramaturgique de la pièce. C'est la caméra subjective du metteur en scène iranien qui explose les limites spatiales du théâtre et les limites sensorielles de la représentation ; une navigation délicate dans les eaux elliptiques mais universelles de l'implicite. Là où courants intimes et sociaux se télescopent faisant rejaillir la violence sourde d'une vie passée sous les interdits.

    Amir Reza Koohestani
    Amir Reza Koohestani a seize ans quand il rencontre l'écrivain Amin Faghiri qui lui fait lire Céline et Dostoïevski. Membre de l'Iranian Youth Cinema Society, il se découvre alors une passion pour l'écriture et publie ses propres premières nouvelles dans la presse de sa ville natale, Chiraz. À 18 ans, il assiste à un spectacle qui évoque le traumatisme de la guerre Iran-Irak. Il est fasciné par les acteurs qui, jouant dans un parc, dialoguent avec le public. Il rallie le Mehr Theatre Group et très vite s'attelle à l'écriture. Sa première pièce, Et le jour n'advint jamais, ne décroche pas l'autorisation de représentation du ministère de la Guidance islamique. S'inscrivant en rupture avec le style naturaliste et déclamatoire qui prévaut en Iran, les suivantes seront remarquées pour leur style poétique qui explore, avec un symbolisme critique, la vie quotidienne de personnages pris dans la tourmente de leur environnement. Après un passage à Manchester, où il étudie le théâtre documentaire, Amir Reza Koohestani retrouve Téhéran, où ses créations l'imposent comme un acteur majeur du renouveau théâtral dans son pays comme en Europe où il est régulièrement salué.

  • Distribution

    Texte, mise en scène et scénographie Amir Reza Koohestani
    Vidéo Ali Shirkhodaei 
    Musique Ankido Darash, Kasraa Paashaaie
    Lumière Saba Kasmaei
    Costumes et accessoires Negar Nemati  
    Assistanat à la mise en scène Mohammad Reza Hosseinzadeh, Mohammad Khaksari

    Avec Mona Ahmadi, Ainaz Azarhoush, Elham Korda, Mahin Sadri

    Production

    Production Mehr Theatre Group
    Coproduction La Bâtie Festival de Genève, Künstlerhaus Mousonturm Frankfurt am Main, BOZAR Centre for Fine Arts Brussels
    En partenariat avec RFI, France 24 et Monte Carlo Doualiya

en savoir +

En tournée

  • Cherbourg-en-Cotentin
  • du 01-12-2016
    au 02-12-2016
  • Le Trident
  • Marseille
  • du 26-09-2015
    au 27-09-2015
  • Actoral