• Vous recherchez :

 
  • Filtres optionnels :

 

En pratique

 

M

6

J

7

V

8

S

9

D

10

L

11

21h

30

M

12

21h

30

M

13

21h

30

J

14

V

15

21h

30

S

16

21h

30

D

17

21h

30

L

18

21h

30

M

19

21h

30

M

20

J

21

21h

30

V

22

21h

30

S

23

D

24

en images

Karamazov © Christophe Raynaud de Lage

Karamazov © Christophe Raynaud de Lage

Karamazov © Christophe Raynaud de Lage

Karamazov © Christophe Raynaud de Lage

Karamazov © Christophe Raynaud de Lage

Karamazov © Christophe Raynaud de Lage

Karamazov © Christophe Raynaud de Lage

Karamazov © Christophe Raynaud de Lage

Karamazov © Christophe Raynaud de Lage

Karamazov © Christophe Raynaud de Lage

Karamazov © Christophe Raynaud de Lage

Karamazov © Christophe Raynaud de Lage

Karamazov © Christophe Raynaud de Lage

Karamazov © Christophe Raynaud de Lage

Karamazov © Christophe Raynaud de Lage

Karamazov © Christophe Raynaud de Lage

Karamazov © Christophe Raynaud de Lage

Karamazov © Christophe Raynaud de Lage

Karamazov © Christophe Raynaud de Lage

 

présentation

  • Telle une enquête grandiose, le roman de Dostoïevski explore les tourments et les contradictions qui conduisent l'un des fils Karamazov au parricide de Fiodor. L'intempérant Mitia est revenu pour exiger l'héritage maternel indûment conservé par le père. Ivan, aussi instruit qu'intransigeant, nourrit un mépris insondable pour cet homme dépravé. La perversité de Smerdiakov, fils illégitime, pèse comme une menace sur la maison. Seul le jeune Aliocha, dévoué et pieux, semble déterminé à écouter chacun, à comprendre et aimer. En contrepoint des rancoeurs qui les occupent, une tragédie se joue dans la famille d'un homme blessé, offensé puis humilié sous les yeux de son fils Iliocha qui ne s'en remettra pas. C'est le point de vue que Jean Bellorini et sa troupe choisissent pour déployer la symphonie des Karamazov : une datcha de verre abrite une famille pauvre, simple et honnête qui raconte l'histoire d'Aliocha et de ses frères. Porteurs d'autant de sens, la musique, le silence et la parole se relaient pour poser, amplifier et transmettre les questions essentielles de l'oeuvre du romancier russe : la possibilité d'une justice dans un monde sans Dieu, la possibilité d'une valeur accordée à l'amour et à la charité.

    Jean Bellorini
    Formé à l'école Claude Mathieu, le metteur en scène Jean Bellorini fonde la compagnie Air de lune en 2001. Considérant la musique comme le battement de coeur du théâtre, il entend célébrer les noces de ces deux arts à chaque nouveau spectacle. La poésie et le sensible sont au centre de sa démarche, qui mêle toujours comédiens et musiciens sur le plateau. En réflexion permanente autour de la parole, Jean Bellorini et sa troupe jouent sur la frontière entre théâtre et récit. En 2012, ils s'emparent des Paroles gelées de Rabelais, après avoir porté à la scène Les Misérables de Victor Hugo en 2010, dans Tempête sous un crâne. Récompensé par un Molière pour La Bonne Âme du Se-Tchouan de Bertolt Brecht en 2014 et depuis à la tête du Théâtre Gérard Philipe, centre dramatique national de Saint-Denis, Jean Bellorini affirme sa volonté de faire du théâtre un véritable service public, « aussi vital que l'eau courante et l'électricité ». Alors que sa mise en scène de Liliom de Ferenc Molnár, conçue en 2013, poursuivait sa tournée, Jean Bellorini a été invité en février 2016 à diriger les comédiens du Berliner Ensemble, où il a créé Le Suicidé de Nicolaï Erdman.

    Fiodor Dostoïevski
    Fiodor Dostoïevski (1821-1881) sonde toute sa vie les contradictions de l'âme humaine. Joueur souvent perdant, patriote et pourtant pieux, Dostoïevski examine au fil de son oeuvre la bataille entre liens du sang, crimes, foi, sensualité, justice, rédemption et innocence au sein de l'individu (Souvenirs de la maison des morts, 1862 ; Crime et Châtiment, 1866 ; L'Idiot, 1868 ; Les Possédés, 1872). Son dernier roman, Les Frères Karamazov, condense sa conception du monde autour de la nécessité du Bien et du Mal, mettant en doute la valeur d'une liberté humaine qui se déferait de toute croyance.

  • Distribution

    Mise en scène, scénographie et lumière Jean Bellorini
    Traduction André Markowicz
    Adaptation Jean Bellorini, Camille de La Guillonnière
    Costumes, accessoires Macha Makeïeff
    Musique Jean Bellorini, Michalis Boliakis, Hugo Sablic
    Son Sébastien Trouvé
    Coiffures, maquillage Cécile Kretschmar
    Assistanat à la mise en scène Mélodie-Amy Wallet

    Avec Michalis Boliakis, François Deblock, Mathieu Delmonté, Karyll Elgrichi, Jean-Christophe Folly, Jules Garreau, Camille de La Guillonnière, Jacques Hadjaje, Blanche Leleu, Clara Mayer, Teddy Melis, Marc Plas, Geoffroy Rondeau, Hugo Sablic

    Production

    Production Théâtre Gérard Philipe Centre dramatique national de Saint-Denis
    Coproduction Festival d'Avignon, La Criée - Théâtre national de Marseille, Théâtre de Carouge - Atelier de Genève, Scène nationale du Sud-Aquitain – Bayonne, Théâtre de Caen, Théâtre Firmin Gémier / La Piscine Pôle national des Arts du cirque d'Antony et de Châtenay-Malabry, Opéra de Massy, Comédie de Clermont-Ferrand Scène nationale, Maison de la Culture d'Amiens, Maison des Arts de Créteil, Scène nationale de Sète et du Bassin de Thau, Grand R Scène nationale de la Roche-sur-Yon, Les Treize Arches Scène conventionnée de Brive, Espace Jean Legendre Théâtre de Compiègne Scène nationale de l'Oise en préfiguration
    Avec le soutien du Conseil département de la Seine-Saint-Denis,  de la Région Île-de-France et de l'Adami

    Les Frères Karamazovde Fiodor Dostoïevski, 
    traduction André Markowicz,est publié aux éditions Actes Sud.
    Karamazov fait l'objet d'une Pièce (dé)montée, dossier pédagogique réalisé par Canopé.

    Le spectacle sera diffusé en direct (avec léger différé) sur ARTE concert le 17 juillet à 22h30 et sur ARTE le 29 juillet à 22h30.

en savoir +

En tournée

  • La Roche-sur-Yon
  • du 10-03-2017
    au 11-03-2017
  • Le Grand R
  • Marseille
  • du 18-11-2016
    au 27-11-2016
  • La Criée