• Vous recherchez :

 
  • Filtres optionnels :

 
    • FEMME NOIRE

    • Musique - Littérature / Spectacle
    • FEMME NOIRE

    • Musique - Littérature / Spectacle

En pratique

 

J

6

V

7

S

8

D

9

L

10

M

11

M

12

J

13

V

14

S

15

D

16

L

17

M

18

M

19

J

20

V

21

S

22

D

23

L

24

M

25

M

26

en images

Femme noire © Christophe Raynaud de Lage

Femme noire © Christophe Raynaud de Lage

Femme noire © Christophe Raynaud de Lage

Femme noire © Christophe Raynaud de Lage

Femme noire © Christophe Raynaud de Lage

Femme noire © Christophe Raynaud de Lage

Femme noire © Christophe Raynaud de Lage

Femme noire © Christophe Raynaud de Lage

Femme noire © Christophe Raynaud de Lage

Femme noire © Christophe Raynaud de Lage

Femme noire © Christophe Raynaud de Lage

Femme noire © Christophe Raynaud de Lage

Femme noire © Christophe Raynaud de Lage

Femme noire © Christophe Raynaud de Lage

Femme noire © Christophe Raynaud de Lage

Femme noire © Christophe Raynaud de Lage

Femme noire © Christophe Raynaud de Lage

Femme noire © Christophe Raynaud de Lage

Femme noire © Christophe Raynaud de Lage

Femme noire © Christophe Raynaud de Lage

Femme noire © Christophe Raynaud de Lage

Femme noire © Christophe Raynaud de Lage

Femme noire © Christophe Raynaud de Lage

Femme noire © Christophe Raynaud de Lage

Femme noire © Christophe Raynaud de Lage

Femme noire © Christophe Raynaud de Lage

Femme noire © Christophe Raynaud de Lage

Femme noire © Christophe Raynaud de Lage

Femme noire © Christophe Raynaud de Lage

 

présentation

  • «Femme nue, femme noire
    Vêtue de ta couleur qui est vie,
    de ta forme qui est beauté
    J'ai grandi à ton ombre;
    la douceur de tes mains bandait mes yeux
    Et voilà qu'au coeur de l'Eté et de Midi,
    Je te découvre, Terre promise,
    du haut d'un haut col calciné
    Et ta beauté me foudroie en plein coeur,
    comme l'éclair d'un aigle (...) »
    Premiers vers... Quand Léopold Sédar Senghor écrit le poème Femme noire, au lendemain de la seconde guerre mondiale, nul ne connaît encore le destin de ce futur président de la République du Sénégal et encore moins l'oeuvre et le combat pour la langue et le respect de la personne de l'immense homme de lettres qu'il a été. Prenant le titre du poème de celui qui bâtit le concept de négritude, le spectacle de clôture dans la Cour d'honneur de la 71e édition du Festival d'Avignon est une création pour la circonstance, qui réunit la chanteuse béninoise Angélique Kidjo et le comédien ivoirien Isaach De Bankolé autour du verbe lyrique et majestueux de Senghor, accompagnés par le saxophoniste camerounais Manu Dibango, le guitariste congolais Dominic James et le jeune prodige de l'afro trap MHD. Une célébration de la femme africaine, mais plus encore... Entre le théâtre et la veillée, le spectacle navigue de la poésie à la chanson, de la chanson à la musique improvisée, de la musique à la parole la plus lettrée, la plus fiévreuse, la plus amoureuse. Mais Senghor n'est pas seulement épris de la reine de Saba : il peint la femme africaine, engagée dans l'action, mère, soeur, fille et amante, qui lance à l'humanité tout entière le défi de sa beauté, de son intelligence et de sa générosité.

     

    Angélique Kidjo
    La chanteuse béninoise Angélique Kidjo navigue entre trois continents, plusieurs langues et des aventures musicales qui élargissent la musique africaine jusqu'à la pop, le jazz ou l'opéra contemporain. Son tempérament de feu et son sens de l'engagement ont fait d'elle un des symboles d'une culture mutante, aussi mouvante qu'enracinée.

     

    Isaach De Bankolé
    Le comédien ivoirien Isaach De Bankolé aime aussi transcender les frontières, d'abord en France comme acteur de comédie ou compagnon de l'aventure théâtrale de Bernard-Marie Koltès, puis aux États-Unis, entre films d'auteur et productions hollywoodiennes.

     

    Léopold Sédar Senghor
    Fondateur de l'école littéraire et politique de la négritude avec son ami martiniquais Aimé Césaire, le Sénégalais Léopold Sédar Senghor est un poète décisif autant qu'il est un homme politique au combat exemplaire, défenseur de la démocratie en Afrique. À soixante-treize ans, en 1976, dans son dernier grand recueil, Élégies majeures, il publie Élégie pour la reine de Saba, hommage à une femme africaine aussi mythologique que pleinement charnelle dans son éclatante splendeur et qui rappelle le poème Femme noire, issue du recueil Chants d'ombre, écrit en pleine période coloniale

  • Distribution

    Texte Léopold Sédar Senghor
    Mise en espace Frédéric Maragnani
    Lumière Bertrand Killy
    Son Stéphane Cretin

    Avec Angélique Kidjo, Isaach De Bankolé, Manu Dibango, Dominic James, MHD

    Production

    Production Les Visiteurs du soir
    Avec le soutien de la Sacem pour la 71e édition du Festival d'Avignon
    En partenariat avec France Médias Monde

    Élégies majeures de Léopold Sédar Senghor est publié aux éditions du Seuil.

en savoir +

En tournée

ET...

  • Spectacle
  • UNWANTED

    • Chartreuse de Villeneuve lez Avignon
    • Durée : 1h15
     
 
  • TICHÈLBÈ

  • SANS REPÈRES

  • FIGNINTO - L'ŒIL TROUÉ

    • Théâtre Benoît-XII
    • Durée : 1h45
     
 
  • Spectacle
  • BASOKIN

    • Cour du collège Vernet
    • Durée : 1h15
     
 
 
  • Spectacle
  • KALAKUTA REPUBLIK

    • Cloître des Célestins
    • Durée : 1h30 entracte compris