• Vous recherchez :

 
  • Filtres optionnels :

 
    • KALAKUTA REPUBLIK

    • Danse / Spectacle
    • KALAKUTA REPUBLIK

    • Danse / Spectacle

En pratique

 

J

6

V

7

S

8

D

9

L

10

M

11

M

12

J

13

V

14

S

15

D

16

L

17

M

18

M

19

22h

J

20

22h

V

21

22h

S

22

22h

D

23

L

24

22h

M

25

22h

M

26

en images

Kalakuta Republik © Christophe Raynaud de Lage

Kalakuta Republik © Christophe Raynaud de Lage

Kalakuta Republik © Christophe Raynaud de Lage

Kalakuta Republik © Christophe Raynaud de Lage

Kalakuta Republik © Christophe Raynaud de Lage

Kalakuta Republik © Christophe Raynaud de Lage

Kalakuta Republik © Christophe Raynaud de Lage

Kalakuta Republik © Christophe Raynaud de Lage

Kalakuta Republik © Christophe Raynaud de Lage

Kalakuta Republik © Christophe Raynaud de Lage

Kalakuta Republik © Christophe Raynaud de Lage

Kalakuta Republik © Christophe Raynaud de Lage

Kalakuta Republik © Christophe Raynaud de Lage

Kalakuta Republik © Christophe Raynaud de Lage

Kalakuta Republik © Christophe Raynaud de Lage

Kalakuta Republik © Christophe Raynaud de Lage

 

présentation

  • Une immobilité comme une introduction avec au plateau six danseurs. Bientôt sept. Et de ce chiffre qui pourrait poser un ordre et définir un absolu éclatent des courses effrénées et des marches sans fin comme autant de métaphores rageuses d'une urgence de vivre... La scène prend alors les allures du Shrine : lieu mythique et hybride, à la fois temple et boîte de nuit, où Fela Kuti chantait l'espoir et la révolte après avoir prié avec ses spectateurs. Pour Kalakuta Republik, Serge Aimé Coulibaly, chorégraphe d'origine burkinabé, s'inspire de la musique et de la vie sulfureuse du musicien et chanteur nigérian, artiste engagé qui, d'une scène-tribune, a dénoncé avec rage la corruption du pouvoir, le sexisme, les inégalités et les multinationales. Kalakuta Republic est le nom qu'il avait donné à sa résidence, située dans la banlieue de Lagos. Un lieu qu'il considérait comme une république indépendante. Porte-voix de la contre-culture en Afrique de l'Ouest, Fela Kuti et sa personnalité, son engagement, ses révoltes et son afrobeat révolutionnaire sont au coeur de l'inspiration de ce spectacle qui revient sur l'immense désir de liberté de la jeunesse burkinabé aujourd'hui. Kalakuta Republik n'est ni une biographie de Fela Kuti ni un spectacle musical avec l'oeuvre du musicien. C'est une recherche sur l'engagement artistique et la position d'artistes engagés dans notre société actuelle. Pour Serge Aimé Coulibaly, la danse est une marche et la marche est transformation : « les marcheurs qui arrivent dans un pays participeront à la construction de ce pays pour longtemps. C'est la réalité de l'humanité, son espoir. »

     

    Serge Aimé Coulibaly
    Serge Aimé Coulibaly est né en 1972 à Bobo-Dioulasso, capitale économique du Burkina Faso. En 1993, sans aucune formation préalable, il intègre la compagnie Feeren dirigée par Amadou Bourou qui le distribue dans une pièce deux mois tout juste après son arrivée. Doué, il multiplie les expériences en tant que danseur et commence à créer ses premiers spectacles. En 1998, il chorégraphie la cérémonie d'ouverture de la Coupe d'Afrique des nations de football. En 2001, il rallie l'Europe où il croise la route de Nathalie Cornille à Lille et de Claude Brumachon à Nantes avant de rejoindre la Belgique et les ballets C. de la B. où il est remarqué dans Wolf d'Alain Platel et Tempus Fugit de Sidi Larbi Cherkaoui. En 2002, il fonde la compagnie Faso Danse Théâtre et chorégraphie son premier solo, Minimini. Depuis, il a créé neuf pièces parmi lesquelles A Benguer (2006), Solitude d'un Homme Intègre (2007) et Nuit blanche à Ouagadougou (2014). Regards critiques sur l'Afrique contemporaine, l'Occident et leur histoire commune, les spectacles engagés et parfois qualifiés de visionnaires de Serge Aimé Coulibaly interrogent en temps réel les espoirs de la jeunesse africaine qu'il accompagne jusque dans ses révolutions.

  • Distribution

    Chorégraphie Serge Aimé Coulibaly
    Musique Yvan Talbot
    Dramaturgie Sara Vanderieck
    Scénographie et costumes Catherine Cosme
    Lumière Hermann Coulibaly
    Vidéo Ève Martin
    Son Sam Serruys
    Assistant à la chorégraphie Sayouba Sigué

    Avec Marion Alzieu, Serge Aimé Coulibaly, Ida Faho, Antonia Naouele, Adonis Nebié,
    Sayouba Sigué, Ahmed Soura

    Production

    Production Faso Danse Théâtre, Halles de Schaerbeek (Bruxelles)
    Coproduction Maison de la Danse de Lyon, Torinodanza, Le Manège Scène nationale de Maubeuge, Le Tarmac (Paris), Les Théâtres de la Ville de Luxembourg, Ankata (Bobo-Dioulasso), Les Récréâtrales (Ouagadougou), Festival Africologne, De Grote Post (Ostende)
    Avec le soutien de la Fédération Wallonie Bruxelles et pour la 71e édition du Festival d'Avignon : Fondation BNP Paribas
    Résidence Musée des Confluences (Lyon)
    En partenariat avec France Médias Monde

en savoir +

En tournée

  • Paris
  • du 16-01-2018
    au 19-01-2018
  • Le Tarmac
  • Strasbourg
  • du 17-04-2018
    au 18-04-2018
  • Pôle Sud

ET...

  • Spectacle
  • UNWANTED

    • Chartreuse de Villeneuve lez Avignon
    • Durée : 1h15
     
 
  • TICHÈLBÈ

  • SANS REPÈRES

  • FIGNINTO - L'ŒIL TROUÉ

    • Théâtre Benoît-XII
    • Durée : 1h45
     
 
  • Spectacle
  • BASOKIN

    • Cour du collège Vernet
    • Durée : 1h15
     
 
 
 
  • Spectacle
  • FEMME NOIRE

    • Cour d'honneur du Palais des papes
    • Durée : 1h30 estimée