• Vous recherchez :

 
  • Filtres optionnels :

 
    • LA FILLE DE MARS

    • Théâtre / Spectacle
    • LA FILLE DE MARS

    • Théâtre / Spectacle

En pratique

 

J

6

V

7

S

8

D

9

L

10

M

11

M

12

J

13

V

14

S

15

D

16

L

17

M

18

M

19

18h

J

20

18h

V

21

18h

S

22

D

23

18h

L

24

18h

M

25

M

26

en images

La Fille de Mars © Christophe Raynaud de Lage

La Fille de Mars © Christophe Raynaud de Lage

La Fille de Mars © Christophe Raynaud de Lage

La Fille de Mars © Christophe Raynaud de Lage

La Fille de Mars © Christophe Raynaud de Lage

La Fille de Mars © Christophe Raynaud de Lage

La Fille de Mars © Christophe Raynaud de Lage

La Fille de Mars © Christophe Raynaud de Lage

La Fille de Mars © Christophe Raynaud de Lage

La Fille de Mars © Christophe Raynaud de Lage

La Fille de Mars © Christophe Raynaud de Lage

La Fille de Mars © Christophe Raynaud de Lage

 

présentation

  • « Que de choses il bouge dans le coeur des femmes qui ne sont point faites pour la lumière du jour ! »

    Sur le plateau, Penthésilée l'Amazone apparaît. Elle raconte l'histoire. Celle qui a eu lieu, il y a longtemps, celle du siège de Troie. Elle y a combattu Achille qui a perdu la vie par amour pour elle, alors que la guerre ne devait engendrer que des captifs et des naissances. Penthésilée et Achille sont morts maintenant. C'est dans ce lieu, près des corps des amants, que celle qui revient d'après la catastrophe, raconte. Elle parle de l'histoire de son peuple depuis ses origines, de la loi des Amazones, des ultimes paroles d'Otréré, sa mère, de sa rencontre avec Achille, rencontre solaire sur le champ de bataille, et du bouleversement radical qui la saisit et l'entraîne loin de son devoir. Penthésilée se remémore « l'onde de choc », les corps engagés dans une guerre amoureuse, la terre brûlée, vibrante, zone de stridences et de crissements. Jusqu'au bout, par la force de la parole, elle rejouera la mise en scène de cet amour à mort, sous le regard de sa confidente et amie de toujours, Prothoé. La langue de Heinrich von Kleist, dans la traduction de Julien Gracq, fait revivre le chant désespéré de cette femme qui se déchire entre la culture qui l'a façonnée et la brûlure incandescente du premier homme.

     

    Jean-François Matignon
    Le goût pour le théâtre de Jean-François Matignon apparaît tôt, dès le lycée, et se mêle rapidement à un amour inconditionnel pour le cinéma. Il signe sa première mise en scène en 1987 avec Le Bouc de Fassbinder suivie en 1988 de La peau dure de Raymond Guérin. Il crée en 1990 la Compagnie Fraction avec laquelle il va proposer plus de vingt spectacles inspirés par des auteurs contemporains, Modiano, Genet, Williams, Müller, Peace, Brecht et les classiques, Shakespeare, James ou Büchner. Si monter des oeuvres n'aurait pu être que réaliser le reportage de sa vie, Jean-François Matignon se dirige très vite vers un théâtre total qui mêle l'épaisseur romanesque à l'écriture de plateau. Le théâtre est devenu le lieu des opérations où l'infiniment grand et l'infiniment petit ne cessent de se répondre. Au coeur de ce processus, une phrase de Büchner : « L'homme est un abîme ; se pencher au-dessus provoque le vertige ». Jean-François Matignon a présenté au Festival d'Avignon trois de ses spectacles : Lalla (ou la Terreur) de Gabily, Hôtel Europa de Stefanovski et W/GB84 de Büchner et Peace. Lors de la 70e édition, il a mis en lecture un hommage à Gabily Marguerite L.

     

    Heinrich von Kleist
    Heinrich von Kleist (1777-1811) est un écrivain allemand, poète, dramaturge et essayiste. Il sera, à l'image d'un Goethe ou d'un Hölderlin un représentant du début de la période romantique allemande. La plus absolue, celle qui  réclame la rédemption immédiate de l'humanité, via la poésie. Son oeuvre, sévèrement critiquée par Goethe à l'époque, ne connaîtra la reconnaissance de ses pairs que cent ans après sa disparition. À l'instar de ces grands héros romantiques, il se donne la mort après avoir tué Henriette Vogel au bord du lac Wannsee (Berlin). On peut lire sur sa tombe ce vers tiré du Prince de Hombourg: "Maintenant, ô immortalité, tu es toute à moi."

  • Distribution

    Texte Heinrich von Kleist
    Traduction Julien Gracq
    Collaboration artistique Valérie Paüs
    Mise en scène Jean-François Matignon
    Dramaturgie Michèle Jung, Valérie Paüs
    Scénographie Jean-François Matignon, Jean-Baptiste Manessier
    Lumière Michèle Milivojevic
    Vidéo Laurence Barbier
    Son Stéphane Morisse

    Avec Johanna Bonnet, Sophie Mangin, Julie Palmier, Pauline Parigot, Thomas Rousselot, Sophie Vaude

    Production

    Production Compagnie Fraction
    Coproduction Festival d'Avignon
    Résidences La FabricA du Festival d'Avignon, Le Cube - studio théâtre d'Hérisson, La Colline Théâtre national, Théâtre de L'Épée de bois (Paris), Théâtre du Soleil (Paris)
    Avec le soutien du Fijad, Spedidam

    Penthésilée de Heinrich von Kleist, traduction Julien Gracq, est publié aux éditions José Corti.

en savoir +

ET...