• Vous recherchez :

 
  • Filtres optionnels :

 
    • ON AURA TOUT

    • Feuilleton théâtral / Spectacle
    • ON AURA TOUT

    • Feuilleton théâtral / Spectacle

En pratique

 

J

6

V

7

S

8

12h

D

9

12h

L

10

M

11

12h

M

12

12h

J

13

12h

V

14

12h

S

15

12h

D

16

12h

L

17

M

18

12h

M

19

12h

J

20

12h

V

21

12h

S

22

12h

D

23

12h

L

24

M

25

M

26

en images

On aura tout © Christophe Raynaud de Lage

On aura tout © Christophe Raynaud de Lage

On aura tout © Christophe Raynaud de Lage

On aura tout © Christophe Raynaud de Lage

On aura tout © Christophe Raynaud de Lage

On aura tout © Christophe Raynaud de Lage

On aura tout © Christophe Raynaud de Lage

On aura tout © Christophe Raynaud de Lage

On aura tout © Christophe Raynaud de Lage

On aura tout © Christophe Raynaud de Lage

On aura tout © Christophe Raynaud de Lage

On aura tout © Christophe Raynaud de Lage

On aura tout © Christophe Raynaud de Lage

On aura tout © Christophe Raynaud de Lage

On aura tout © Christophe Raynaud de Lage

On aura tout © Christophe Raynaud de Lage

On aura tout © Christophe Raynaud de Lage

On aura tout © Christophe Raynaud de Lage

On aura tout © Christophe Raynaud de Lage

On aura tout © Christophe Raynaud de Lage

On aura tout © Christophe Raynaud de Lage

On aura tout © Christophe Raynaud de Lage

On aura tout © Christophe Raynaud de Lage

On aura tout © Christophe Raynaud de Lage

On aura tout © Christophe Raynaud de Lage

On aura tout © Christophe Raynaud de Lage

On aura tout © Christophe Raynaud de Lage

On aura tout © Christophe Raynaud de Lage

On aura tout © Christophe Raynaud de Lage

On aura tout © Christophe Raynaud de Lage

On aura tout © Christophe Raynaud de Lage

On aura tout © Christophe Raynaud de Lage

On aura tout © Christophe Raynaud de Lage

On aura tout © Christophe Raynaud de Lage

 

présentation

  • Aucune émancipation n'a lieu sans l'usage du bien aussi précieux que commun qu'est la langue. Quand le combat d'idées se pare de poésie, quand les tournures de phrases embarquent l'attention et que la scansion du discours touche au coeur l'assemblée, l'orateur a gagné. Bien sûr, il faut agir – les droits ne se paient pas de mots pour être appliqués – mais la force non-violente de la parole publique, quand elle est belle et riche, conduit à elle seule la dignité plus haut, l'égalité plus loin. Placés par Christiane Taubira à l'endroit des plus grands auteurs et emmenés par Anne-Laure Liégeois dans le jeu du feuilleton, acteurs, amateurs de théâtre et élèves du Conservatoire national supérieur d'art dramatique redonnent voix aux textes prononcés ou parus à l'heure des conquêtes. Article, poème, essai, fiction, l'écriture prend de nombreuses formes quand hommes et femmes de lettres et de pouvoir, de philosophie et de justice, ont un but à atteindre: l'inscription dans la loi d'une liberté nouvelle. Quelqu'un s'avance devant d'autres pour parler. Hémicycle ou amphithéâtre, tribune ou tréteaux, les lieux de la politique et du théâtre sont frères. Le jardin Ceccano, place publique, redevient cette année la scène et l'agora où déplier le feuilleton de la lutte par les mots, une lutte qui bien souvent détermine l'organisation même de la société.

     

    Christiane Taubira
    Si Christiane Taubira refuse de se considérer comme auteure, elle est portée, au sein des combats politiques qui fondent son existence, par d'irrépressibles mouvements vers l'écriture. D'abord l'écriture des autres lorsque, dès son enfance, elle se nourrit de textes qui lui donnent la dignité et l'ouverture comme lignes d'horizon. L'écriture des poètes aussi qui, au moment d'une allocution publique, d'un argumentaire, ressurgit en sa mémoire comme une rampe ou un renfort pour que retentissent plus nettement encore les convictions qu'elle a à défendre, à partager, à faire valoir. La sienne propre, enfin, lorsque, saisie par ce qu'elle appelle une « sommation vitale », elle rédige, toujours d'un trait urgent, des essais francs et aigus (L'Esclavage raconté à ma fille, Mes météores, Rendez-vous avec la République, Nous habitons la Terre) pour opposer des éléments de compréhension à un monde déstabilisé et pour rappeler, par la force des mots, l'existence d'une communauté humaine.

     

    Anne-Laure Liégeois
    Diplômée de Lettres anciennes, Anne-Laure Liégeois entre au théâtre avec la traduction et la mise en scène d'une pièce de Sénèque, Le Festin de Thyeste, qui donne son nom à la compagnie qu'elle fonde en 1994. Dans un esprit de déambulation et de grande réunion d'artistes, elle crée Le Fils de Christian Rullier pour une cinquantaine d'acteurs dans des espaces industriels désaffectés, Ça, qui réunit des auteurs et des comédiens dans des chambres de plein air, et Embouteillage qui s'installant dans des forêts et sur des falaises, convoque vingt-sept auteurs et conquiert le public du Festival d'Avignon installé dans des voitures... Nommée directrice du Centre dramatique national de Montluçon en 2003, Anne-Laure Liégeois alterne les mises en scène de grands textes classiques et antiques et les collaborations étroites avec des auteurs contemporains. Créatrice des scénographies et costumes de ses spectacles, Anne-Laure Liégeois entretient également un lien constant à la musique et la danse. Elle a mis en scène plusieurs textes à la Comédie-Française et créé plusieurs opéras. Elle est artiste associée au Volcan, Scène nationale du Havre.

  • Distribution

    Avec des citoyens amateurs de théâtre Mustafa Alsabah, Aurore Auzias, Nour-Emene Baadoud, Maïa Baldassari, Linda Benyakhou, Florence Blanchard, Nadjette Boughalem, Manon Bourbousson, Anne Breduillieard, Pierrick Bressy-Coulomb, Amélie Cassagne, Marie Dauteuille, Gao Didier, Fabienne Dourson, Anita Fraiseau, Anne-Marie Goulay, Aurore Hulin-Mocca, Maxime Lambert, Olivier Le Glaunec, Françoise Le Goff, Pascale Lebettre, Etiennette Lienard Merry, Maïssane Maroqui, Pierre Maurel, Anna Mazzia, Juliette Mougel, Gilbert Parisse, Annie Perrier, Marie-Christine Pujol, Janine Rambour, Marie-France Robic, Emma Roubertie, Maria Rugamer, Maria Ileana Veronica Sepulveda Toloza, Clotilde Ternissien, André Textoris, Joanne Textoris-Avateoglou, Esther Torsiello, David Tresmontant, Sylvie Tresmontant, Emmanuelle Vilain

    Avec des élèves du Conservatoire national supérieur d'art dramatique
    James Borniche, Théo Chédeville, Jean Chevalier, Manon Chircen, Marceau Deschamps-Ségura, Salomé Dienis Meulien, Maïa Foucault, Lucie Grunstein, Asja Nadjar, Isis Ravel, Léa Tissier, Maroussia Pourpoint, Joseph Menez
    Et Sophie Bourel, Olivier Dutilloy, Paul Pascot, Nelson-Rafaell Madel

    Textes (sous réserve) Hannah Arendt, Antonin Artaud, Bertolt Brecht, Albert Camus, Aimé Césaire, Léon-Gontran Damas, Mahmoud Darwich, Charlotte Delbo, Marguerite Duras, Asli Erdogan, Frantz Fanon, Jean Genet, Victor Hugo, Jean Jaurès, Alphonse de Lamartine, Pablo Neruda, Marie Nimier, Olivier Py, Rainer Maria Rilke, Bertrand Russell, Georges Séféris, Nina Simone, Virginia Woolf...
    Conception Christiane Taubira, Anne-Laure Liégeois
    Recherches, dramaturgie et mise en jeu Anne-Laure Liégeois
    Assistanat Roxane Isnard, Camille Kolski

    Production

    Production Festival d'Avignon
    Avec le soutien de la Fondation SNCF, mécène du feuilleton au Jardin Ceccano,
    de la SACD, du Fijad
    En collaboration avec la bibliothèque Ceccano
    Ateliers à La FabricA du Festival d'Avignon

en savoir +

En tournée

ET...