• Vous recherchez :

 
  • Filtres optionnels :

 
    • SANTA ESTASI - ATRIDI : OTTO RITRATTI DI FAMIGLIA (2/2)
      Oreste, Les Euménides, Iphigénie en Tauride, Chrysothémis

    • Théâtre / Spectacle
    • SANTA ESTASI - ATRIDI : OTTO RITRATTI DI FAMIGLIA (2/2)
      Oreste, Les Euménides, Iphigénie en Tauride, Chrysothémis

    • Théâtre / Spectacle

En pratique

  • Sainte-Exaste
    Les Atrides : huit portraits de famille

    Antonio Latella

    Modène

  • > Gymnase du lycée Mistral

    Première en France

    Spectacle en italien surtitré en français

    Durée : 7h40 entractes compris

  • Restauration

 

J

6

V

7

S

8

D

9

L

10

M

11

M

12

J

13

V

14

S

15

D

16

L

17

M

18

M

19

J

20

15h

V

21

S

22

D

23

15h

L

24

M

25

M

26

15h

en images

Santa Estasi - Atridi : Otto ritratti di famiglia © Christophe Raynaud de Lage

Santa Estasi - Atridi : Otto ritratti di famiglia © Christophe Raynaud de Lage

Santa Estasi - Atridi : Otto ritratti di famiglia © Christophe Raynaud de Lage

Santa Estasi - Atridi : Otto ritratti di famiglia © Christophe Raynaud de Lage

Santa Estasi - Atridi : Otto ritratti di famiglia © Christophe Raynaud de Lage

Santa Estasi - Atridi : Otto ritratti di famiglia © Christophe Raynaud de Lage

Santa Estasi - Atridi : Otto ritratti di famiglia © Christophe Raynaud de Lage

Santa Estasi - Atridi : Otto ritratti di famiglia © Christophe Raynaud de Lage

Santa Estasi - Atridi : Otto ritratti di famiglia © Christophe Raynaud de Lage

Santa Estasi - Atridi : Otto ritratti di famiglia © Christophe Raynaud de Lage

Santa Estasi - Atridi : Otto ritratti di famiglia © Christophe Raynaud de Lage

 

présentation

  • L'histoire des Atrides est celle d'une lignée maudite dont l'origine du mal est un père - Tantale, fils mortel de Zeus - qui décide de faire manger son fils par les dieux. S'il est personnellement condamné au supplice, sa descendance est aussi irrémédiablement punie. Pendant quatre générations et ce jusqu'au jugement d'Oreste, se succèdent meurtres, parricides, infanticides, viols et incestes... Et chaque nom de cette généalogie pétrie de violence - Iphigénie, Hélène, Agamemnon, Électre... - est devenu sous le génie des Sophocle, Eschyle et Euripide un héros tragique, mythique, classique. Le projet démesuré d'Antonio Latella a été de proposer huit de ces histoires à sept jeunes dramaturges afin de les revisiter et de les donner à interpréter à une nouvelle génération de comédiens. Au sein de ce qui est devenu Santa Estasi, un spectacle épique de seize heures réparties sur deux représentations, le metteur en scène italien reconnaît avoir voulu poser deux principes. Une équation intellectuelle : celle de parler de la famille au sein d'une société qui n'offre aucune régulation possible, doublée d'une réalité qu'il vit avec cette jeune équipe : travailler à la figure paternelle et être dans le concret de la tradition, de l'héritage et de la transmission. Une proposition qui, pour le nouveau directeur du théâtre de la Biennale de Venise, dit « clairement que nous devons nous libérer de la responsabilité de nos aînés pour trouver la nôtre et exister. »

     

    Antonio Latella
    Antonio Latella est né dans la région de Naples en 1967. Issu d'une famille d'ouvriers exilés à Turin, il quitte le lycée à 17 ans et intègre la formation du Teatro Stabile avant de rejoindre la Bottega Teatrale, école fondée par Vittorio Gassman à Florence. Dès l'âge de 22 ans, il joue pour des metteurs en scène qui comptent dans l'Italie des années 80 comme Pippo Di Marca, Luca Ronconi, Massimo Castri ou encore Tito Piscitelli. À trente ans, il monte son premier spectacle, Agatha de Marguerite Duras. Il ne se consacrera plus alors qu'à ses propres recherches toutes marquées par une exploration minutieuse de l'univers des auteurs sur lesquels il se penche : Jean Genet, Christopher Marlowe, Samuel Beckett... En 2001, il remporte le prix spécial Ubu pour Shakespeare et au-delà, série de relectures de Othello (1999), Macbeth (2000), Roméo et Juliette (2000) et Hamlet (2001). Ses spectacles physiques, presque charnels, s'intéressent tout particulièrement à la famille et revisitent la grande tradition verbale du théâtre italien. Figure incontournable du renouveau théâtral de son pays, il a été récemment nommé à la tête de la Biennale de Théâtre de Venise.

  • Distribution

    Adaptation Riccardo Baudino, Martina Folena, Matteo Luoni, Camilla Mattiuzzo, Francesca Merli, Silvia Rigon, Pablo Solari
    Mise en scène Antonio Latella
    Dramaturgie Federico Bellini, Linda Dalisi
    Scénographie et costumes Graziella Pepe
    Musique Franco Visioli
    Lumière Tommaso Checcucci
    Chorégraphie Francesco Manetti
    Assistanat à la mise en scène Brunella Giolivo
    Assistanat de tournée et surtitrage Silvia Rigon

    Avec Alessandro Bay Rossi, Barbara Chichiarelli, Marta Cortellazzo Wiel, Ludovico Fededegni, Mariasilvia Greco, Christian La Rosa, Leonardo Lidi, Alexis Aliosha Massine, Barbara Mattavelli, Gianpaolo Pasqualino, Federica Rosellini, Andrea Sorrentino, Emanuele Turetta, Isacco Venturini, Ilaria Matilde Vigna, Giuliana Vigogna

    Production

    Production Emilia Romagna Teatro Fondazione (Modène)
    Avec le soutien de la Fondation Cassa di Risparmio de Modène

en savoir +

En tournée