• Vous recherchez :

 
  • Filtres optionnels :

 
    • 36, AVENUE GEORGES MANDEL

    • Danse / Spectacle
    • 36, AVENUE GEORGES MANDEL

    • Danse / Spectacle

En pratique

 

V

6

S

7

D

8

L

9

M

10

M

11

J

12

V

13

S

14

D

15

L

16

M

17

21h

30

M

18

21h

30

J

19

21h

30

V

20

S

21

D

22

L

23

M

24

en images

36, avenue Georges Mandel © Christophe Raynaud de Lage

36, avenue Georges Mandel © Christophe Raynaud de Lage

36, avenue Georges Mandel © Christophe Raynaud de Lage

36, avenue Georges Mandel © Christophe Raynaud de Lage

36, avenue Georges Mandel © Christophe Raynaud de Lage

36, avenue Georges Mandel © Christophe Raynaud de Lage

36, avenue Georges Mandel © Christophe Raynaud de Lage

36, avenue Georges Mandel © Christophe Raynaud de Lage

36, avenue Georges Mandel © Christophe Raynaud de Lage

36, avenue Georges Mandel © Christophe Raynaud de Lage

36, avenue Georges Mandel © Christophe Raynaud de Lage

36, avenue Georges Mandel © Christophe Raynaud de Lage

 

présentation

  • C'est un simple numéro, le concentré d'un espace et d'un temps. C'est une simple adresse, celle de Maria Callas à la fin de sa vie, qui dessine en creux les coordonnées tragiques d'une icône, sa solitude et son abandon de ses dernières années. Créé en 2007, 36, Avenue Georges Mandel est aussi une adresse à Maria Callas ; une manière de convoquer sa présence et de rappeler l'exigence de son art, le chant lyrique, et la force dramatique des figures qu'elle a incarnées – Carmen, Norma ou Tosca. À cette voix qui emplit le plateau, Raimund Hoghe répond par le peu. En cherchant non à ajouter mais à soustraire, il crée une zone fragile où laisser résonner la musique. L'espace éphémère qu'il construit à partir de ses matériaux familiers fonctionne ici comme un trait d'union : entre elle et nous, passé et présent. Entre 2007 et 2018. Disposant des gestes, des vêtements, Raimund Hoghe se laisse guider par cette voix, s'en revêt, se glisse dans le fantôme de cette présence, ouvrant une brèche entre l'ici des corps et l'ailleurs d'un timbre.

    Raimund Hoghe
    Écrivain puis dramaturge de Pina Bausch, Raimund Hoghe crée depuis plus de vingt-cinq ans une oeuvre chorégraphique exigeante, alternant solos et pièces de groupe – L'Après-midi, Sacre - The Rite of Spring, Swan Lake, Boléro Variations... – qui revisitent des monuments de l'histoire de la danse. Chacun de ses spectacles repose sur un fil ténu, un tissu de gestes, de formes et de mélodies, auquel il donne toute l'épaisseur de la mémoire. Laissant la musique infuser dans les corps, ses rituels agissent et se diffusent dans un espace propice aux associations. La première pièce de Raimund Hoghe programmée en France fut Verdi Prati en 1993 au Festival d'Avignon.

  • Distribution

    Avec Emmanuel Eggermont, Raimund Hoghe,
    Luca Giacomo Schulte

    Conception, chorégraphie, scénographie Raimund Hoghe
    Collaboration artistique Luca Giacomo Schulte
    Lumière Raimund Hoghe, Amaury Seval
    Musique Bellini, Donizetti, Verdi, Spontini, Giordano, Gluck, Massenet, Catalani, Saint-Saëns, Bizet, interprétés par Maria Callas

    Production

    Production Hoghe & Schulte GbR
    Coproduction Ganesa Production-Spring Wave/Festival
    des arts contemporains de Séoul (Corée), Festival d'Avignon, Centre national de danse contemporaine d'Angers, Theater im Pumpenhaus Münster
    Avec le soutien du Ministère de la Culture et de la Science de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Kunststiftung NRW, Kulturamt der Landeshauptstadt Düsseldorf, et pour la 72e édition du Festival d'Avignon : Goethe-Institut (Lyon)
    Avec l'aide de agnès b.

en savoir +

ET...

 
  • Rencontre Foi et Culture

    • Chapelle de l'Oratoire
     
  • Le 24 juillet à 11h