• Vous recherchez :

 
  • Filtres optionnels :

 
    • DE DINGEN DIE VOORBIJGAAN

    • Théâtre / Spectacle
    • DE DINGEN DIE VOORBIJGAAN

    • Théâtre / Spectacle

En pratique

  • Les choses qui passent

    D'après Louis Couperus

    Ivo van Hove

    Amsterdam

  • > Cour du lycée Saint-Joseph

    Spectacle en néerlandais surtitré en français

    Durée : 2h10

  • Un drame vécu par trois générations qui expriment l’embrasement des émotions à la mesure du poids des non-dits.

 

V

6

S

7

D

8

L

9

M

10

M

11

J

12

V

13

S

14

D

15

L

16

M

17

22h

M

18

22h

J

19

22h

V

20

22h

S

21

22h

D

22

L

23

M

24

en images

De Dingen Die Voorgijgann © Christophe Raynaud de Lage

De Dingen Die Voorgijgann © Christophe Raynaud de Lage

De Dingen Die Voorgijgann © Christophe Raynaud de Lage

De Dingen Die Voorgijgann © Christophe Raynaud de Lage

De Dingen Die Voorgijgann © Christophe Raynaud de Lage

De Dingen Die Voorgijgann © Christophe Raynaud de Lage

De Dingen Die Voorgijgann © Christophe Raynaud de Lage

De Dingen Die Voorgijgann © Christophe Raynaud de Lage

De Dingen Die Voorgijgann © Christophe Raynaud de Lage

De Dingen Die Voorgijgann © Christophe Raynaud de Lage

De Dingen Die Voorgijgann © Christophe Raynaud de Lage

De Dingen Die Voorgijgann © Christophe Raynaud de Lage

De Dingen Die Voorgijgann © Christophe Raynaud de Lage

De Dingen Die Voorgijgann © Christophe Raynaud de Lage

De Dingen Die Voorgijgann © Christophe Raynaud de Lage

 

présentation

  • Au centre de la scène, deux très vieux amants attendent la mort, persuadés que personne ne connaît l'horrible secret qui les lie. Leurs enfants et petits-enfants essaient en vain de s'en libérer ; les fardeaux familiaux se transmettent toujours de manière souterraine. De la société rigide de La Haye, dépeinte dans le roman de Louis Couperus, Ivo van Hove conserve l'atmosphère étouffante, l'aspect tragique. La scène, salle d'attente ou purgatoire, est l'espace de toutes les désillusions, un abîme, emprisonnant les sentiments dont on ne sait plus s'ils s'apaisent ou se déchaînent. Dans une résonance pulsatile, une horloge égrène le temps. Course inéluctable... En noir, les personnages tel un choeur antique portent en eux une angoisse qui prend en étau, bloque les désirs, asphyxie les aspirations. Les émotions parfois délicates restent avant tout crues, souvent abrasives, sans aucun répit pour ce fil générationnel pris au piège. Ivo van Hove, curieux des intuitions si contemporaines de Louis Couperus, a choisi de réfléchir aux moyens d'échapper à son destin, à son héritage. N'y a-t-il pas d'autres formes de relations à inventer en dehors de la classique famille ?

    Ivo Van Hove
    Directeur du Toneelgroep d'Amsterdam depuis 2001, Ivo van Hove a mis en scène plus d'une centaine de spectacles, pièces de théâtre, adaptations de romans ou de films, musicals et opéras. De Sophocle à Bowie en passant par Shakespeare, Duras, Miller ou Visconti, il crée un théâtre protéiforme, traversé par les émotions humaines où tout prend sens, textes, scène, interprètes, images et musique. Un théâtre de l'urgence, subversif et loin de toute moralisation. Le public du Festival d'Avignon le connaît bien. Sa dernière création dans la cité fut pour la Cour d'honneur du Palais des papes Les Damnés avec la troupe de la Comédie-Française.

    Louis Couperus
    Poète et écrivain, Louis Couperus (1863-1923) est une figure majeure de la littérature néerlandaise. Ses romans psychologiques, influencés par les naturalistes Zola et Flaubert, critiquent vivement la société rigoriste de La Haye et s'attachent aux thèmes fin-de-siècle du destin, du déclin, de la décadence.

  • Distribution

    Avec Katelijne Damen, Fred Goessens, Janni Goslinga,
    Aus Greidanus jr., Abke Haring, Robert de Hoog,
    Hugo Koolschijn,
    Maria Kraakman, Majd Mardo, Celia Nufaar, Frieda Pittoors, Luca Savazzi, Gijs Scholten van Aschat, Bart Slegers, Eelco Smits

    Texte Louis Couperus
    Adaptation Koen Tachelet
    Mise en scène Ivo van Hove
    Dramaturgie Peter Van Kraaij
    Chorégraphie Koen Augustijnen
    Musique Harry de Wit
    Scénographie, lumière Jan Versweyveld
    Vidéo Theunis Zijlstra
    Costumes An D'Huys

     



    Production

    Production Toneelgroep Amsterdam, Toneelhuis
    Coproduction Ruhrtriennale
    Avec le soutien de Ammodo, Jeroen van Ingen et Jaap Kooijman, Joost Houtman et Jeffrey Ong, Rob et Marijke van Oordt, et pour la 72e édition du Festival d'Avignon : Dutch Performing Arts


en savoir +