• Vous recherchez :

 
  • Filtres optionnels :

 

En pratique

 

V

6

S

7

18h

D

8

18h

L

9

18h

M

10

M

11

J

12

18h

V

13

18h

S

14

18h

D

15

L

16

M

17

M

18

J

19

V

20

S

21

D

22

L

23

M

24

en images

Kreatur © Christophe Raynaud de Lage

Kreatur © Christophe Raynaud de Lage

Kreatur © Sebastian Bolesch

Kreatur © Christophe Raynaud de Lage

Kreatur © Christophe Raynaud de Lage

Kreatur © Christophe Raynaud de Lage

Kreatur © Christophe Raynaud de Lage

Kreatur © Christophe Raynaud de Lage

Kreatur © Christophe Raynaud de Lage

Kreatur © Christophe Raynaud de Lage

Kreatur © Christophe Raynaud de Lage

Kreatur © Christophe Raynaud de Lage

Kreatur © Christophe Raynaud de Lage

Kreatur © Christophe Raynaud de Lage

Kreatur © Christophe Raynaud de Lage

Kreatur © Christophe Raynaud de Lage

Kreatur © Christophe Raynaud de Lage

Kreatur © Christophe Raynaud de Lage

Kreatur © Christophe Raynaud de Lage

Kreatur © Christophe Raynaud de Lage

Kreatur © Christophe Raynaud de Lage

 

présentation

  • Kreatur parle du corps humain, qui, isolé ou joint à une communauté, se déforme sous la pression. Alors que perdre ou prendre le pouvoir, penser l'altérité ou se regarder soi-même, s'aimer et se détester sont les intuitions de départ de cette pièce, la visite d'une ancienne prison de la Stasi à Berlin a confirmé à Sasha Waltz et ses danseurs des points d'appui mémoriels, sensitifs pour travailler le confinement inhumain, la station debout, le continuel éveil. La chorégraphe évoque un monde où les constrictions autant physiques que physiologiques nous obligent au mouvement. Le corps devient le symbole d'une lutte, pris en étau entre des sensations concrètes d'emprisonnement et des sentiments de libération. Pour chercher ce qu'il y a de sombre et de lumineux en chacun, elle a souhaité travailler en collaboration avec de grands artistes, pour les costumes, l'espace et ses reflets, les sons métalliques et concrets... Tout cela compose Kreatur : un univers minimaliste de noir et blanc, où seule la peau et le vivant font couleur et où les figures en présence sont des images d'un futur possible, à la fois familières et inconnues.

    Sasha Waltz
    Après une formation de danse entre Amsterdam et New York, Sasha Waltz fonde la compagnie Sasha Waltz & Guests. En 1996, elle inaugure son centre de production pour le théâtre et la danse contemporaine, Sophiensaele, avec la pièce Allee der Kosmonauten, et devient membre de la direction artistique de la Schaubühne am Lehniner Platz Berlin de 1999 à 2004. C'est en 2004 qu'elle crée son premier opéra chorégraphique Didon & Enée. Sasha Waltz écrit une danse à la fois charnelle et abstraite, et des scénographies aux partis pris esthétiques tranchés. La chorégraphe reçoit de nombreux prix européens comme ambassadrice culturelle européenne, et prendra la co-direction du Staatsballett Berlin en 2019/2020 avec Johannes Öhman. Au Festival d'Avignon, Sasha Waltz a déjà présenté Na Zemlje et Zweiland en 1999, noBody pour la Cour d'honneur du Palais des papes en 2002, Impromptus en 2004 et Dialoge 20-13 en 2013 dans le cadre du programme « Des artistes un jour au Festival » à l'Opéra Grand Avignon.

  • Distribution

    Avec Liza Alpízar Aguilar, Jirí Bartovanec, Davide Camplani,
    Clémentine Deluy, Peggy Grelat-Dupont, Hwanhee Hwang,
    Annapaola Leso, Nicola Mascia, Thusnelda Mercy,
    Virgis Puodziunas, Zaratiana Randrianantenaina,
    Yael Schnell, Corey Scott-Gilbert, Claudia de Serpa Soares

    Chorégraphie Sasha Waltz
    Collaboration artistique Davide Di Pretoro
    Costumes Iris van Herpen
    Lumière Urs Schönebaum
    Son Soundwalk Collective
    Dramaturgie Jochen Sandig

    Production

    Production Sasha Waltz & Guests
    Coproduction Festspielhaus St. Pölten, Les Théâtres de la Ville de Luxembourg, Opéra de Dijon
    Avec le soutien de Hauptstadtkulturfonds, Ville de Berlin

en savoir +

En tournée

ET...